LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Chronologie des déclarations saoudiennes en relation avec le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi

Affaire Khashoggi : un "meurtre planifié et perpétré" par des représentants de l'Etat saoudien, dit l'ONU

16 min

Le prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed ben Salman, a déclaré à l'un de ses conseillers en 2017 qu'il utiliserait "une balle" contre le journaliste Jamal Khashoggi si celui-ci ne cessait pas ses critiques. C'est ce que rapporte le New York Times, le jour où l'ONU donne ses conclusions.

Chronologie des déclarations saoudiennes en relation avec le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi
Chronologie des déclarations saoudiennes en relation avec le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi Crédits : John SAEKI, Laurence CHU - AFP

Le prince saoudien Mohammed ben Salmane est de nouveau mis en cause, quatre mois après l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi. Alors que de nouvelles informations paraissent dans le New York Times ce vendredi matin, l'ONU estime officiellement que le journaliste été victime d'un meurtre "préparé et commis par des officiels saoudiens".

Selon le New York Times, le jeune et puissant dirigeant du royaume avait dit en 2017 à un proche conseiller qu'il utiliserait "une balle" contre le journaliste saoudien s'il ne rentrait pas en Arabie saoudite et ne mettait pas en sourdine ses critiques à l'égard du régime. Cette conversation, qui date de septembre 2017, a été interceptée par le renseignement américain, rapporte le quotidien, citant des responsables américains et étrangers.

Ce vendredi, Donald Trump doit dire au Congrès américain qui sont, selon lui, les responsables de l'assassinat du journaliste saoudien. Jusque-là, il a toujours souhaité préserver les relations économiques et diplomatiques avec Ryad.

Les autres titres du journal

La crise entre la France et l'Italie a franchi un nouveau cap, avec le rappel de l'ambassadeur de France à Rome. Pour se justifier, Paris dit regretter la série de déclarations "outrancières" de responsables italiens. L'élément déclencheur a été la visite du vice-président du Conseil italien, Luigi di Maio, mardi dernier en France. Il est allé à Montargis (Loiret) pour soutenir un groupe de "gilets jaunes".

Le Parquet national financier a ouvert une enquête à propos d'un contrat passé avec un oligarque russe. Selon le site d'informations Médiapart, Alexandre Benalla y aurait participé quand il était encore à l'Elysée.

Quelle place pour les femmes en politique ? A l'heure d'un procès pour "diffamation" intenté par l'ancien député Denis Baupin - accusé d'agression sexuelle dans les médias -, l'Assemblée nationale organise un débat, plus large, sur les femmes en politique. Cela n'a pas été facile de convaincre certains hommes politiques d'y participer, regrette la députée de La France insoumise, Clémentine Autain. 

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......