LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Devant la Maison Blanche, Chung Eui-yong, conseiller national sud-coréen à la Sécurité, annonce que M. Trump accepte l'invitation de Kim Jong Un

Donald Trump accepte de rencontrer Kim Jong-un

16 min

La Corée du Nord accepterait de renoncer, pour un temps, à ses essais nucléaires. Donald Trump rencontrera d'ailleurs Kim Jong-un d'ici la fin du mois de mai. Le lieu de la rencontre n'a pas été précisé. L'administration Trump précise que les sanctions envers Pyonyang seront maintenues d'ici là.

Devant la Maison Blanche, Chung Eui-yong, conseiller national sud-coréen à la Sécurité, annonce que M. Trump accepte l'invitation de Kim Jong Un
Devant la Maison Blanche, Chung Eui-yong, conseiller national sud-coréen à la Sécurité, annonce que M. Trump accepte l'invitation de Kim Jong Un Crédits : MANDEL NGAN - AFP

Ils s'étaient jusque-là engagés dans une joute verbale. Donald Trump et Kim Jong-un devraient bientôt se rencontrer. Le dirigeant nord-coréen le propose et s'engage même à arrêter ses essais nucléaires d'ici là. Il aurait évoquer une "dénucléarisation". La date et le lieu du sommet restent à déterminer. Sur Twitter, Donald Trump souligne que "Kim Jong-un a parlé de dénucléarisation avec les représentants sud-coréens, pas seulement d'un gel. (...) De grands progrès sont effectués, ajoute-t-il, mais les sanctions vont demeurer tant qu'un accord n'est pas trouvé. La rencontre est en train d'être planifiée !"

Nous entendrons aussi la réaction du président japonais. Shinzo Abe salue la nouvelle et se rendra à Washington en avril. Il a aussi exprimé la nécessité pour la communauté internationale de maintenir une pression maximale sur Pyongyang.

Les autres titres du journal

Dans le même temps, le président américain fait trembler le monde en taxant l'acier et l'aluminium étranger. Donald Trump évoque, pour se justifier, "la sécurité intérieure".

Portrait, à suivre, du futur ministre des Affaires étrangères allemand. Le social-démocrate Heiko Maas fait une ascension fulgurante. Il devrait être nommé dans le prochain gouvernement de coalition d'Angela Merkel.

La maternité à Mayotte en question. Face à l'immigration incontrôlée, le Premier ministre, Edouard Philippe, envisage de "transformer" l'accès à la nationalité sur l'île, c'est-à-dire le droit du sol.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......