LE DIRECT

Prolongation de l'état d'urgence, réforme constitutionnelle avec déchéance de nationalité et réforme pénale au programme du Conseil des ministres

17 min

Le programme du Conseil des ministres est très chargé, ce matin, et marqué par les suites politiques aux attentats du 13 novembre. Plusieurs textes suscitent la polémique.

Réforme pénale : 8.250 personnes seraient radicalisées en France, des candidats au jihad ou des individus qui en sont revenus. C'est le chiffre dévoilé en Une du Figaro, ce matin. Le quotidien dit s'appuyer sur un bilan officiel de ministère de l'Intérieur. On trouverait parmi ces personnes radicalisées 20% de mineurs, de plus en plus de filles, de convertis à l'Islam et des habitants de zones rurales. Ces chiffres sont publiés alors que le Conseil des ministres va présenter ce matin plusieurs textes pour répondre à la menace terroriste : un projet de loi pour prolonger l'état d'urgence de trois mois ainsi qu'un un autre projet de loi "renforçant la lutte contre le crime organisé, le terrorisme et leur financement, et améliorant l'efficacité et les garanties de la procédure pénale". Ce texte composite renforcera surtout les pouvoirs des préfets, des procureurs et des policiers, au détriment des juges judiciaires. **Décryptage de Laure de Vulpian.

Révision de la Constitution : le texte sur la réforme de la Constitution doit également être présenté, ce matin, en Conseil des ministres. Il s'agit d'inscrire dans la loi fondamentale l'état d'urgence et la déchéance de nationalité. Comment convaincre parlementaires de gauche et de droite de voter cette réforme, dont l'examen débute vendredi à l'Assemblée ? Équation presqu'insoluble détaillée par Stéphane Robert.

Crise migratoire en France : La situation des migrants à Calais est au centre d'une réunion place Beauvau ce midi. Les ministres de l'Intérieur et de la Justice reçoivent les principaux élus de la région, épicentre de la crise migratoire en France avec la jungle de Calais, où 4.000 à 7.000 hommes, femmes et enfants vivent sous des tentes, dans la boue, en attendant de passer en Angleterre ou d'obtenir une réponse pour leur demande d'asile en France. La maire de Calais, Natacha Bouchart, et le président de la région Nord-Pas-de-Calais, Xavier Bertrand, attendent plus de fermeté des pouvoirs publics face aux incidents répétés opposant les migrants aux forces de l'ordre. Mais il ne faudrait pas oublier la réponse humanitaire selon Françoise Sivignon, présidente de l'association Médecins du Monde, invitée hier du journal de 22h de Stanislas Vasak.

Crise migratoire en Europe : les pays des Balkans sont également touchés par la crise humanitaire des migrants. Trois membres de l'Union européenne (Croatie, Roumanie et Bulgarie) et quatre extra-communautaires (Albanie, Serbie, Bosnie-Herzégovine et Macédoine) se réunissaient hier, à Sofia, en Bulgarie. Ils demandent plus de solidarité entre pays européens. Analyse de Bruno Cadène.

Paix en Syrie : La Syrie, pays d'origine de la majorité des migrants qui gagnent l'Europe, fait l'objet de discussions pour la paix, encadrées par les Nations-Unies à Genève. Ces négociations, entamées lundi, sont déjà menacées. Le régime de Bachar al-Assad affirme ne pas avoir de partenaire crédible pour négocier. L'opposition syrienne, de son côté, exige des mesures immédiates en faveur des civils encerclés par les soldats du régime. Christian Chesnot a rencontré à Genève Basma Kodmani, membre de la délégation de l'opposition.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......