LE DIRECT

Washington et Paris accusent Damas et Moscou de saper le processus de paix en Syrie

15 min

Pour les Etats-Unis et la France, les opérations militaires menées en ce moment par le régime de Bachar al-Assad, appuyées par la Russie, sont responsables du report des discussions pour la paix qui se déroulaient à Genève.

Négociations pour la paix en Syrie : L'ONU a décidé, hier soir, de suspendre jusqu'au 25 février les pourparlers de paix pour la Syrie, qui se déroulaient depuis le début de la semaine à Genève. Pour les Etats-Unis et la France, les frappes menées actuellement sur Alep, la deuxième ville du pays sont responsables de cette impasse diplomatique. Hier, Laurent Fabius, le ministre français des Affaires étrangères, a jugé que les "circonstances dramatiques" en Syrie "privaient de sens" les discussions de Genève "auxquelles ni le régime de Bachar al-Assad ni ses soutiens ne souhaitent visiblement contribuer de bonne foi, torpillant ainsi les efforts de paix". Plus de 300 bombardements russes ont touché la ville d'Alep, dans le nord de la Syrie, depuis lundi, jour de l'ouverture des discussions de paix à Genève. Analyse d'Eric Biégala.

Besoins humanitaires pour la Syrie : Alors que les négociations pour la paix en Syrie sont dans une impasse diplomatique et besoins humanitaires. Une conférence des donateurs pour les victimes des 5 années de guerre en Syrie s'ouvre aujourd'hui à Londres. 13,5 millions d'hommes, de femmes et d'enfants dépendent de l'aide humanitaire en Syrie, 4,5 millions de personnes dans les pays voisins. La Jordanie, par exemple, est le pays qui accueille le plus de réfugiés Syriens, après la Turquie et le Liban. Le roi Abadllah de Jordanie attend espère une véritable mobillisation internationale. Son pays, dit-il, est au bord de la rupture. Correspondance d'Angélique Férat, à Amman pour France Culture.

Accord historique de libre-échange transpacifique : L'accord de partenariat transpacifique a été définitivement signé cette nuit, lors d'une cérémonie retransmise en direct à la télévision en Nouvelle-Zélande.L'accord de partenariat transpacifique crée la plus vaste zone de libre-échange au monde entre 12 pays, du Chili au Japon, en passant par les Etats-Unis mais sans la Chine. Cet accord vise à abattre les barrières au commerce et à l'investissement entre ses membres qui représentent près de 40% de l'économie mondiale. Ce traité de libre-échange transpacifique doit encore être validé par les parlements nationaux à commencer par le Congrès américain. Décryptage de Luc Lemonnier.

Appel à la grève de la CGT : Plus de 80 manifestations sont prévues aujourd'hui en France, à l'appel de la CGT, en soutien aux 8 anciens salariés de l'usine Goodyear d'Amiens-nord, condamnés en janvier à de la prison ferme pour avoir séquestré deux cadres de leur usine pendant une journée et demie. Au-delà de ce cas précis, la CGT entend faire de cette journée une mobilisation plus générale contre la répression anti-syndicale. Explications de Reynald Jurek, délégué CGT, qui fait partie des salariés condamnés de Goodyear, au micro de Vincent Delorme de France Bleu Picardie.

Etat d'urgence, déchéance de nationalité : Les réponses du gouvernement aux attentats de novembre sont encore critiquées par Amnesty International à propos de l'état d'urgence, jugé disproportionné. Quant à la déchéance de nationalité pour tous, l'imbroglio crispe à droite comme à gauche. Claude Goasguen, député Les Républicains, interrogé par Stéphane Robert, craint même que ce feuilleton sur la déchéance de nationalité ne jette un discrédit sur l'ensemble de la classe politique.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......