LE DIRECT
Les gilets jaunes sont allés sur les Champs-Elysées, devant l'hôtel de ville et l'Assemblée Nationale hier.

Des "gilets jaunes" sont "allés chercher" Benjamin Griveaux, le porte-parole du gouvernement, dans ses locaux

10 min

Pour cet "acte VIII" de la contestation des "gilets jaunes", 8e samedi consécutif de manifestation depuis le 17 novembre dernier, et le premier samedi de cette année 2019, 50 000 personnes se sont mobilisées sur l'ensemble du territoire selon les chiffres du ministère de l'Intérieur.

Les gilets jaunes sont allés sur les Champs-Elysées, devant l'hôtel de ville et l'Assemblée Nationale hier.
Les gilets jaunes sont allés sur les Champs-Elysées, devant l'hôtel de ville et l'Assemblée Nationale hier. Crédits : VALENTINE ZELER / HANS LUCAS - AFP

"Qu'ils viennent me chercher !" lançait Emmanuel Macron cet été en plein coeur de la première affaire Benalla. Hier c'est le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux qui a dû être évacué de ses bureaux rue de Grenelle à Paris, alors qu'une quinzaine de personnes dont certaines portaient un gilet jaune, ont enfoncé la porte d'entrée de l'immeuble. Dans ce journal, l'interview de Benjamin Griveaux au micro de Sandrine Etoa-Andègue.

Les autres titres de l'actualité

Des gilets jaunes deux fois plus nombreux que le samedi précédent 

Des heurts ont éclaté, notamment à Paris où un policier a été boxé par un manifestant. En tout 34 personnes ont été interpellées selon les chiffres de la Préfecture de police ce matin. En tout, 50 000 "gilets jaunes" sont descendus dans la rue selon l'évaluation du ministère de l'intérieur, seul chiffre disponible. C'est plus de deux fois plus que le samedi précédent. Un pari réussi pour les manifestants qui espèrent lancer une nouvelle dynamique en ce début de nouvelle année. A Paris, le reportage d'Elodie Rabelle 

En Egypte, des prisonniers ont-ils été tués dans le sillage de l'attaque de Gizeh ?

Le pouvoir a-t-il profité de la mort de quatre personnes, trois touristes vietnamiens et leur guide près des pyramides le 28 décembre dernier, pour faire exécuter des prisonniers qualifié opportunément de djihadistes parmi les 40 "terroristes" tués le lendemain? Le soupçon est fort au Caire, alors que les familles commencent à découvrir les noms des personnes tuées, nous dira notre correspondant François Hume-Ferkatadji  

Alors qu'au Venezuela les parlementaires invalident le nouveau mandat du président Maduro. 

L'Assemblée, à majorité de l'opposition, demande un gouvernement de transition après une élection très contestée en mai dernier. Les précisions à de notre correspondant à Caracas, Benjamin Delille.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......