LE DIRECT
Le Terminal 21, centre commercial où s'est achevée la tuerie menée par un soldat thaïlandais de 32 ans à Nakhon Ratchasima.

La Thaïlande sous le choc après la mort d'au moins 26 personnes tuées par un soldat

10 min

Vingt-six personnes ont été tuées et cinquante-sept blessées par un militaire thaïlandais de 32 ans hier à Nakhon Ratchasima, à 250 kilomètres au Nord-Est de la capitale Bangkok. Le tireur a été abattu par la police ce matin dans un centre commercial, après une traque qui a duré 17 heures.

Le Terminal 21, centre commercial où s'est achevée la tuerie menée par un soldat thaïlandais de 32 ans à Nakhon Ratchasima.
Le Terminal 21, centre commercial où s'est achevée la tuerie menée par un soldat thaïlandais de 32 ans à Nakhon Ratchasima. Crédits : CHALINEE THIRASUPA - AFP

C'est le pire massacre de masse qu'a connu la Thaïlande. Un soldat de 32 ans a tué au moins 26 personnes en grande majorité des civils, parmi eux un enfant de 13 ans, dans un massacre commencé au domicile de l'un de ses supérieurs hiérarchique et que s'est achevé dans un centre commercial (le Terminal 21) à Nakhon Ratchasima, ville située à plus de 250 km au Nord-Est de de la capitale, Bangkok. Nous rejoindrons Carole Isoux, la correspondante de RFI pour France Culture en Thaïlande.

Les autres titres de l'actualité

En Allemagne le président de la Thuringe, élu avec les voix de l'extrême-droite, a démissionné.

Thomas Kemmerich ne sera resté en poste que trois jours, après avoir accepté de diriger la Thuringe grâce aux voix de l’Alternative pour l’Allemagne, l'AFD, parti d’extrême-droite dont le leader local est un proche des néo-nazis. Cette démission ouvre la voie à deux nouvelles élections. David Philippot, s'est rendu à Erfurt, dans la capitale de la Thuringe.

En France, le mémorial de la Shoah à Paris annonce qu'il n'utilisera plus l'expression "régime de Vichy" pour désigner la collaboration de l'Etat français pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Le maire de Vichy, Frédéric Aguiléra salue cette décision pour l'image de sa ville, mais aussi pour rappeler que c'était bien l'Etat français qui avait collaboré, comme l'avait souligné Jacques Chirac en 1995.

La ministre des sports annonce une vaste enquête dans la fédération de patinage après la démission de Didier Gailhaguet. 

Sous pression depuis le témoignage de l'ex-championne de patinage Sarah Abitbol accusant son ancien entraîneur Gilles Beyer de l'avoir violée quand elle avait 15 ans, Didier Gailhaguet, le président de la fédération français de sports de glace a finalement quitté son poste hier. Dans la foulée, la ministre des Sports Roxana Maracineanu a signalé que d'autres sports étaient aussi concernés avec de nombreux témoignages remontés depuis jusqu'à son ministère. 

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......