LE DIRECT
23000 personnes ont défilé à Paris à l'appel de l'intersyndicale hier.

Le front syndical divisé après l'annonce du retrait sous condition de l'âge pivot

12 sec

Au 38e jour de grève, le premier ministre a proposé le retrait de l'âge pivot à 64 ans, répondant par là à une demande de la CFDT pour qui il s'agissait d'une ligne rouge. Dans les cortèges hier, les manifestants restaient déterminés à poursuivre leur mobilisation.

23000 personnes ont défilé à Paris à l'appel de l'intersyndicale hier.
23000 personnes ont défilé à Paris à l'appel de l'intersyndicale hier. Crédits : SAMUEL BOIVIN / NURPHOTO - AFP

L'exécutif espère un tournant dans le conflit social sur la réforme des retraites. La CFDT salue "une victoire", quand la CGT dénonce, elle "un enfumage dans le but d'obtenir l'adhésion de certains syndicats". En proposant de retirer l'âge pivot à 64 ans dans sa lettre hier aux syndicats, Edouard Philippe pose aussi ses conditions. Si les syndicats ne parvenaient pas à proposer des mesures permettant d'effectuer des économies comparables, d'ici fin avril, dans le cadre de la conférence de financement, il pourrait, alors, l'imposer alors par ordonnance. Entre radicalisation des bases, et fracturation de l'intersyndicale Edouard Philippe joue serré, nous dira Benoît Bouscarel.

Cette annonce peut-elle mettre fin au mouvement de contestation au 38e jour de grève ? 

Alors qu'hier 500 000 personnes ont manifesté contre la réforme des retraites selon la CGT, 150 000 selon le ministère de l'Intérieur, dont 23 000 à Paris selon le cabinet indépendant Occurrence, nous irons dans le cortège à Lille qui a réuni 2000 personnes. La détermination reste, malgré ce recul de premier ministre. Reportage d'Hortense Crépin.

Les autres titres de l'actualité

En Iran, une multiplication d'erreurs et d'improvisations à l'origine du tir qui a causé le crash de l'avion ukrainien. 

La catastrophe a fait 176 morts mercredi. Au lendemain de la reconnaissance par Téhéran de sa responsabilité, due à une "erreur humaine", les détails fournis hier par le commandant de la branche aéro-spatiale des Gardiens de la révolution montrent une série d'approximations et de fautes nous expliquera Bertrand Gallicher. 

Il y a 10 ans, jour pour jour, 300 000 personnes perdaient la vie dans un tremblement de terre en Haïti. En 2010, le séisme laissait derrière lui près de 300 000 blessés, des hôpitaux, des écoles et des maisons détruites. Après la crise humanitaire, les crises économique et politique perdurent. À Port-au-Prince, reportage de Nathanaël Charbonnier et Jérémy Tuil.

Haiti, dans les hauteurs autour de Port au Prince qui se trouve en bas vers la mer
Haiti, dans les hauteurs autour de Port au Prince qui se trouve en bas vers la mer Crédits : Nathanael Charbonnier - Radio France
Port au Prince quartier Christ Roi dans les maisons réhabilité par l’ONG solidarité internationale.
Port au Prince quartier Christ Roi dans les maisons réhabilité par l’ONG solidarité internationale. Crédits : Nathanael Charbonnier - Radio France

A écouter aussi > Entre ruines et violence, Haïti aspire à la démocratie, "Interception" par Vanessa Descouraux

Infographie publiée en février 2019
Infographie publiée en février 2019 Crédits : Visactu

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......