LE DIRECT

Le groupe Etat islamique revendique l'attaque au couteau hier soir en plein centre de Paris qui a fait un mort et 4 blessés

9 min

L'agresseur est un Français d'origine tchétchène de 21 ans, sans antécédents judiciaires.

Crédits : Visactu

"La France paye le prix du sang mais ne cèdera pas un pouce aux ennemis de la liberté".

C'est la première déclaration d'Emmanuel Macron hier soir après cette attaque au couteau perpétrée dans le centre de Paris, le quartier des théâtres et de l'Opéra, rue Monsigny, peu avant 21 heures. L'agresseur a égorgé un jeune homme de 29 ans qui est décédé. Il a ensuite blessé quatre autres passants, avant d'être abattu par une patrouille de police secours.

Le groupe Etat islamique a fait savoir que l'homme au couteau était un "soldat du cailfat" qui frappait la France pour sa participation à la coalition en Irak et en Syrie.

Le pouvoir autour du président Emmanuel Macron doit affirmer sa réponse face à la menace terroriste toujours active, selon l'ancien député LR et ex-président de la commission parlementaire consacrée aux attentats de Paris en 2015 Georges Fenech, au micro France Info de Pierre Neveu.

Les autres titres du journal 

Un restaurant McDonald's occupé par ses salariés grévistes depuis deux jours boulevard Magenta, près de la gare de l'Est. Ils exigent une revalorisation de leur salaire et un 13e mois. Combat pour l'égalité dans la répartition des richesses chez le géant américain, nous explique Gilles Bombard, le secrétaire général de la CGT McDonald's Paris Ile-de-France.

Un retour sur le 13 mai 1968, grande manifestation étudiante et ouvrière qui marqua un tournant. Reportage de Maïwenn Bordron.

Et l'Italie qui attend toujours de savoir à quoi ressemblera son gouvernement anti-système alliant le mouvement 5 étoiles et l'extrême-droite.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......