LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

L'impuissance des Nations unies à parler d'une seule voix face au risque d'un nouveau conflit sanglant à Gaza

7 min

Hier, lors d'une mobilisation des Gazaouis pour le droit au retour de leurs réfugiés, l'armée israélienne a tué 16 Palestiniens, et en a blessé 1400. Ils participaient à des rassemblements pacifiques à la frontière de la bande de Gaza. Le Conseil de sécurité de l'ONU s'est réuni cette nuit.

Crédits : Visactu

Le diplomate Majed Bamya fait partie de la mission de l'Etat de Palestine auprès des Nations unies. Il déplore une nouvelle fois l'inaction de la communauté internationale à s'affirmer face à l'Etat hébreu, après les affrontements meurtriers d'hier. A l'occasion de "la grande marche du retour",  à la frontière entre Gaza et Israël, un face à face entre des milliers de Palestiniens et l'armée israélienne a abouti à la mort de 16 Palestiniens, plus de 1400 étant blessés.

Pour le diplomate et poète : "Je ne sais pas si on peut les appeler des affrontements. Il s'agit de manifestations pacifiques. Les manifestants étaient côté palestinien et Israël a décidé d'ouvrir le feu sur des civils qui étaient en train de manifester. En droits de l'Homme, cela constitue une violation extrêmement grave, des crimes."

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......