LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le musicien Ahmad Zahir en 1973

Ahmad Zahir, quand l’Afghanistan dansait

58 min
À retrouver dans l'émission

Vers 1970, l’Afghanistan connait un vent de liberté et de modernisation. Certaines femmes peuvent suivre des études, se dévoiler. Musicalement, une nouvelle génération s'impose. Parmi elle, le jeune chanteur Ahmad Zahir devient une icône populaire et contestataire. Il meurt mystérieusement en 1979.

Le musicien Ahmad Zahir en 1973
Le musicien Ahmad Zahir en 1973

Sous le règne du roi Zaher Shah, le pays se modernise et Kaboul change de physionomie. Dans les années 1960, loin de la vieille ville et de son célèbre bazar, sortent de terre au nord du fleuve de nouveaux quartiers abritant les classes moyennes et supérieures, dont les enfants fréquentent l'université, apprivoisent le mode de vie à l’occidental, la consommation, mais aussi une plus grande liberté de parole. Certaines filles et femmes s'aventurent dans les rues sans voile, dans un pays musulman et conservateur. 

Vers 1975, à l'université de Kaboul.
Vers 1975, à l'université de Kaboul. Crédits : Zh. Angelov/Hulton Archive - Getty

C’est dans ce milieu qu’Ahmad Zahir entre en scène. Son père, ancien médecin à la cour du roi, fraye en politique et bientôt deviendra le dernier Premier ministre de cette monarchie parlementaire. Ahmad grandit dans la bonne société de Kaboul. Passionné de musique, il forme un groupe qui connaît rapidement le succès, diffusé sur les ondes de Radio Kaboul. Sa voix de ténor chavire les foules. 

Ses chansons d'amour mettent en musique les grands poètes classiques persans comme Roumi ou Hafez, sur des rythmes renouvelés. Les tabla de la musique indienne - qui façonnent alors la musique dominante à Kaboul - croisent les trompettes, batteries et accordéons, jusqu'aux claviers électroniques. 

Mais ce vent d'ouverture ne va pas sans heurter les sensibilités, à mesure qu'Ahmad Zahir étend son auditoire à travers le pays et politise ses chansons, tandis que le pouvoir change de main au gré des coups d'Etat, en 1973 puis en 1978. L'année suivante, Ahmad Zahir, 33 ans, est retrouvé mort au volant de sa voiture...

Avec la chronique d'Arnaud Gonzague, journaliste à L'Obs, sur le cinéaste Salim Shaheen

Merci pour leurs conseils à Jean-Pierre Perrin, Wassé Mohsen, et à Sonia Kronlund.

Kaboul, vers 1970.
Kaboul, vers 1970. Crédits : Paolo KOCH/Gamma-Rapho - Getty

Programmation musicale et archives 

  • Archive pré-générique : Les années 1970 en Afghanistan racontées par Homayoun Majrouh, dans C'était l'Afghanistan avant 1978, réal. Mireille Krauss (Frémeaux, 2003)
  • Ahmad Zahir : Instrumental (circa 1970), repris sur la compilation Hip 70's Afghan Beats ! (2011) - fond sonore - 
  • Ahmad Zahir : Uoba darta rawarem (circa 1970), repris sur la compilation Hip 70's Afghan Beats ! (déjà citée)
  • Ghulam Hussain : Ba ayadat beya, repris sur la compilation The Rough Guide to the music of Afghanistan (2010) - fond sonore -
  • Ahmad Zahir : Baz amadi ay jani man jana fedaye jani tu, album inconnu
  • Archive : Joseph Kessel et le bazar de Kaboul (ORTF, réal. Igor Barrère et Michel Colomes, 23/11/1967)
  • Sar Ahang : Lovers' desire (1961), repris sur la compilation Music of Afghanistan (Folkways records, 2004) - fond sonore - 
  • Ahmad Zahir : Khuda bowad yarat, paru sur la compilation Ahmad Zahir, vol. 14 : Shab-e Hijraan (1979)
  • Khanum Zheela : To baa bahar bia, album inconnu - fond sonore -
  • Archive : Le coup d'État de 1973 (ORTF, 17/07/1973)
  • Sarban : Dishab ba khoda, album inconnu
  • Archive : La radio afghane racontée par Homayoun Majrouh, dans C'était l'Afghanistan avant 1978, réal. Mireille Krauss (déjà cité) 
  • Mahwash : O Bacha, album inconnu - fond sonore -
  • Ahmad Wali & Hangama : Shab labane dagh khesh, paru sur la compilation Zendooni : Funk, psychedelia and pop from the iranian pre-revolution generation (Pharaway Sounds, 2012)
  • Ahmad Zahir : Elahe Man Namedanam, repris sur la compilation Ahmad Zahir, vol. 17 - fond sonore -
  • Archive : Le coup d'État de 1978 (TF1, 11/05/1978)
  • Ahmad Zahir : Zindagi Akhir Sarayat (vers 1978), repris sur la compilation Ahmad Zahir, vol. 18
  • Ustad Mohammad Omar : Keliwali, de l'album Virtuoso from Afghanistan (2002) - fond sonore -
  • Extrait du film documentaire Nothingwood (réal. Sonia Kronlund, 2017)
  • Ustad Mohammad Omar : Rubab solo, repris sur la compilation Music of Afghanistan (déjà citée) - fond sonore -
  • Ahmad Zahir : Tu ba mani, repris sur la compilation Ahmad Zahir, vol. 19 - fond sonore -
  • Ahmad Zahir : Laily laily, repris sur la compilation Hip 70's Afghan Beats ! (déjà citée) - fond sonore -
  • Non diffusé : Farhad Darya : Salaam Afghanistan (2003), paru sur la compilation The Rough Guide to the music of Afghanistan (déjà citée)

Bibliographie

Affiche du documentaire Nothingwood de Sonia Kronlund

NothingwoodSonia KronlundPyramide Distribution, 2017

L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......