LE DIRECT
Pochette de l'album Jazz, Jazz, Jazz de The Scorpions & Saif Abu Bakr

Khartoum 1969-1989 : le groove des ruines

59 min
À retrouver dans l'émission

Retour sur l'étonnante parenthèse soul, jazz et funk qui irrigua la capitale soudanaise avant l'arrivée au pouvoir des islamistes

Pochette de l'album Jazz, Jazz, Jazz de The Scorpions & Saif Abu Bakr
Pochette de l'album Jazz, Jazz, Jazz de The Scorpions & Saif Abu Bakr Crédits : Habibi Funk (2018)

Débarrassé de la tutelle coloniale britannique, le Soudan est dirigé depuis 1969 par un militaire charismatique, le général Nimeiry, qui entend instaurer un régime socialiste. Pour s'assurer du soutien des élites progressistes, il tisse des relations étroites avec les artistes et notamment la jeune génération de musiciens de la capitale. 

Khartoum compte alors de nombreux bars et clubs où se retrouvent les expatriés grecs, allemands, arméniens, italiens ou arabes... Dans ces boites mais aussi au tout nouveau théâtre national d'Omdurman se produisent les artistes de passage comme Louis Armstrong en 1960. Ces influences étrangères conduisent certains artistes soudanais à métisser les musiques traditionnelles locales de jazz, de soul ou de funk (comme c'est alors le cas dans l’Éthiopie voisine, cf Les années folles d'Addis-Abeba)

Condamnée à faire avec les moyens du bord, cette jeune garde de musiciens  est constituée de Mohammed Wardi, de Sharhabeel Ahmed, du crooner Kamal Keila, de l'ensemble de jazz des Scorpions, ou bien du trio féminin Al Balabil. Dans un premier temps, le pouvoir s'enorgueillit de cette liberté créative. Puis sous l'influence des tensions opposant les chrétiens du sud au musulmans du nord, les crispations vont survenir... 

Dans cette histoire on croise un stade apathique, des instruments bricolés, un trio d'oiseaux et un funeste sorbonnard. 

Programmation musicale et archives 

  • Archive pré-générique : Francis Crémieux annonce la diffusion d'un enregistrement effectué à Khartoum (France Culture, Le monde contemporain, 26 septembre 1970)
  • Alsarah & The Nubatones : Oud solo, album Silt (2014) - fond sonore - 
  • Khojali Osman : Malo law safeetna inta (What if you resolve what's between us? ), réédité dans la compilation Two Niles to sing a melody (Ostinato records, 2018)
  • The Original Dixieland Jazz Band : Soudan, publié en 1920 - fond sonore -
  • Sharhabeel Ahmed : Argos farfish, compilation An eclectic selection of music from the Arab world (Habibi Funk, 2017)
  • Sharhabeel Ahmed : Zoul El Dounia (années 1970, recueilli par Jannis Stürz)
  • The Scorpions & Saif Abu Bakr : Saat Alfarah, album Jazz, Jazz, Jazz (réédité par Habibi Funk, 2018)
  • Archive : le tempérament des Soudanais vu par le reporter Pierre Bernard (France Inter, Les Grands Reporters, 26 mai 1971)
  • Mohammed Wardi : Al Sourah (The photo), réédité dans la compilation Two Niles to sing a melody (déjà citée)
  • Archive : coup d'Etat du 19 juillet 1971 (Yves Mourousi et Paul Amar, 20 juillet 1971, France Inter)
  • Archive : contre coup d'Etat de juillet 1971 (Bernard Vialet et Paul Amar, 22 juillet 1971, France Inter)
  • Al Balabil : Alginyat Basharou (années 1970, recueilli par Jannis Stürz)
  • Kamal Keila : Muslims and Christians, réédité sur la compilation Muslims and Christians (Habibi Funk, 2018)
  • Mohamed Gubara : Guroosh edjin, album Sounds of Soudan (1990)
  • Archive : prise du pouvoir d'Omar El-Béchir (Christophe Boisbouvier, 30 juin 1989, RFI)
  • Sharhabeel Ahmed : Al Lail Al Hadi (la nuit paisible), sortie vers 1973 et interprétée ici plus tard à la télévision 

Playlist à emporter 

En cliquant sur "Ajouter à"... (en haut à gauche) vous pouvez récupérer tout ou partie de la playlist de cette émission sur Spotify, Apple, iTunes ou Youtube.

Pour prolonger l'écoute

Retrouvez l'article La Haqiba, son du Soudan, signé Coline Houssais dans le dernier numéro du magazine Wahed

Première diffusion le 01/12/2018

L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......