LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Avignon 66ème édition - « Invisibles » texte et mise en scène de Nasser Djemaï - 1/2

29 min
À retrouver dans l'émission

Invisibles
Invisibles Crédits : Nasser Djemaï - Radio France

Pour la 1ère fois à Avignon présenté au Théâtre du Chêne Noir - Salle Léo Ferré

8 rue Sainte-Catherine - 84000 Avignon – réservations : 04 90 82 40 57

Du samedi 7 juillet 2012 au samedi 28 juillet 2012.à 16h

« Invisibles » Texte et mise en scène de Nasser Djemaï

Distribution : texte et mise en scène Nasser Djemaï dramaturgie Natacha Diet assistante à la mise en scène Clotilde Sandri

avec David Arribe, Angelo Aybar, Azzedine Bouayad, Kader Kada, Mostefa Stiti, Lounès Tazaïrt et la participation de Chantal Mutel

C’est l’histoire de Martin, 35 ans, qui se retrouve dans un foyer de vieux travailleurs immigrés d’origine algérienne, pour retrouver la trace d’un père inconnu. Il a dans les mains un coffret, et dans la tête les derniers mots de sa mère qui cachent de lourds secrets …

C’est dans ce foyer qu’il va découvrir le rude quotidien de ces hommes, ces « chibanis », qui ne sont plus d’aucun monde – niés ici en France, oubliés là-bas, dans leur pays d’origine - et qu’il va suivre leur combat pour conserver le peu qu’il reste de leurs rêves et de leur dignité.

Parfois on en voit un autre dans un café. Il est seul. Il a une consommation devant lui mais il ne boit pas. Son corps, son allure, sa façon de se tenir très droit, d’être endimanché, raconte une histoire qu’on aimerait bien entendre. Mais il ne parle pas. Visiblement il n’attend personne. Aucune femme ne le rejoint, aucun camarade pour jouer aux dominos, aux cartes, ou boire un coup avec lui.

Qui sont-ils ? Des travailleurs immigrés, écartelés entre les deux rives de la Méditerranée, qui ont vieilli ici, en France. Ils sont restés seuls, pour des raisons diverses. Ils ne sont pas rentrés au pays. La France est devenue leur pays, ils y ont apporté leurs rêves, mais ils sont devenus des fantômes.

Ils ont asphalté les routes, construit les HLM, sorti des quantités de pièces détachées des chaînes et des machines-outils. Ils n’ont pas ménagé leur peine, ils ont contribué à ces « trente glorieuses », ces années de reconstruction accélérée de l’économie.

Mais dans l’inconscient collectif ces travailleurs étrangers sont immortels, parce que continuellement interchangeables.

Ils ne sont pas nés, ils ne sont pas élevés, ils ne vieillissent pas, ils ne se fatiguent pas, ils ne rêvent pas, ils ne meurent pas, ils ont une fonction unique : TRAVAILLER.

Dans la mythologie, celui qui arrivait à entrer dans le royaume des morts, le royaume d’Hadès (épithète signifiant « l’invisible »), pouvait observer, interroger les ancêtres, et revenir dans le monde des vivants, fort de cette sagesse, à une condition : celle de ne pas s’asseoir sur « la chaise d’oubli ».

L'équipe
Production
Chronique
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......