LE DIRECT
Manifestation contre la loi Taubira autorisant le mariage pour tous. 26 mai 2013
Épisode 2 :

La droite et la religion

41 min
À retrouver dans l'émission

Parce qu’elle se voulait la représentante de l’ordre établi, du mariage millénaire entre la couronne de France et l’Eglise catholique, la droite resta longtemps à la porte de la République. Comment la droite organise-t-elle aujourd'hui sa relation avec la foi, l’Eglise, la laïcité, l'islam?

Manifestation contre la loi Taubira autorisant le mariage pour tous. 26 mai 2013
Manifestation contre la loi Taubira autorisant le mariage pour tous. 26 mai 2013 Crédits : P.Rossignol - Reuters

La droite a entretenu depuis la fin du 19ème siècle un rapport ambigu avec la question religieuse.   Jusqu’à la fin de la Seconde Guerre Mondiale, sa différence avec la gauche repose sur la défense de la foi et du clergé contre les prétentions laïcardes et anti-cléricales des défenseurs de la République.

Les temps ont-ils changé ? Certes, l’immense majorité des dirigeants de la droite française ont depuis longtemps remisé au placard leur anti-républicanisme au nom des valeurs chrétiennes et certains se veulent même les défenseurs ardents de la laïcité face à l’Islam dont ils craignent le prosélytisme. Il est rarissime, en cette période d’effervescence laïque, de voir un de ses dirigeants affirmer ses convictions religieuses et personne en France n’imaginerait possible de voir un président jurer sur la Bible comme aux Etats-Unis– à l’exception peut-être de Christine Boutin.

Cela suffit-il pour dire que la droite n’est plus religieuse ? Peut-être pas. Il demeure un électorat prêt à se mobiliser lorsque les valeurs morales transmises par la religion sont considérées comme mises en danger. On l’a vu lors du débat sur la loi autorisant le mariage pour tous, lorsque plusieurs centaines de milliers de personnes se sont mobilisées autour de la Manif’ pour tous.

Les études électorales continuent de montrer que la religion  dispose d’une influence déterminante sur le vote. Etre catholique ne suffit pas à être de droite, mais plus on est catholique, plus grandes sont les chances de voter pour un parti conservateur – l’inverse étant également vrai.

A cet égard, comment la droite organise-t-elle sa relation avec la foi ? Avec l’Eglise ? Avec la laïcité, mais aussi avec l’Islam ? La droite de 2016 est-elle fâchée avec la religion ou est-elle encore le parti de la soutane et du goupillon comme on le disait il n’y a pas si longtemps ?

A quelques mois de la primaire des Républicains, dans notre réflexion sur les valeurs de la droite, ce sont les questions que nous posons à

Hervé Mariton, député de la Drôme depuis 1993, maire de Crest depuis 1995, candidat à la primaire de la droite et du centre

et Gaël Brustier, chercheur en science politique, membre du think-tank chevènementiste la Fondation Res Publica, auteur de plusieurs ouvrages sur la droite catholique notamment et la Manif pour tous Voyage au bout de la droite (Mille et une nuits,‎ 2011), Le mai 68 conservateur. Que restera-t-il de La manif pour tous ? (Le Cerf, ‎2014).

Intervenants
  • Chercheur en science politique, membre de l'Observatoire des radicalités politiques de la Fondation jean Jaurès
  • député de la Drôme (UMP) et membre de la commission des finances
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......