LE DIRECT
Matteo Renzi, conférence de presse à Naples le 6 avril 2016

Qui gouverne l'Italie ?

41 min
À retrouver dans l'émission

Depuis près de deux ans, l'actuel président du conseil des ministres italien Matteo Renzi, a lancé une réforme constitutionnelle très importante afin de corriger certains des dysfonctionnements du système politique transalpin et lui assurer notamment une plus grande stabilité.

Matteo Renzi, conférence de presse à Naples le 6 avril 2016
Matteo Renzi, conférence de presse à Naples le 6 avril 2016 Crédits : Ciro Luca - Reuters

Le système politique italien peut parfois faire figure en France de contre-modèle. Celui d'un pays au bicaméralisme instable, largement divisé entre le Nord et le Sud, dont certains gouvernements ont entretenu des liens avec la mafia ; un régime longtemps dominé par Silvio Berlusconi dont le nom a donné naissance à une évolution vers le pire en politique.

Mais on aurait tort de se limiter à ces stéréotypes. L'Italie constitue depuis le début de la République en 1946 un laboratoire politique fascinant : celui d'un pays largement décentralisé, donnant à ses provinces un pouvoir fort et autonome ; un système parlementaire strict méfiant vis-à-vis d'un pouvoir exécutif trop fort ; un pays qui cultive enfin une conception exigeante de la démocratie avec l'un des systèmes de primaires les plus développés au monde ou encore une véritable politique de référendum à tous les niveaux de décision.

Depuis près de deux ans, l'actuel président du conseil des ministres italien – l'équivalent de notre premier ministre – Matteo Renzi, a lancé une réforme constitutionnelle très importante afin de corriger certains des dysfonctionnements du système politique transalpin et lui assurer notamment une plus grande stabilité.

C'est un enjeu de taille pour comprendre d'autres réformes actuellement bloquées par la complexité du jeu politique et le discrédit des formations traditionnelles. Les élections municipales dont le premier tour se tient demain dimanche 5 juin dans 1300 communes italiennes dont Rome, Milan, Naples, Turin ou Bologne, traduisent l'enjeu brûlant du renouvellement de la vie politique, alors qu'un populisme qui va des néofascistes de Lega Norde au mouvement Cinq Etoiles dirigé par l'ancien humoriste Beppe Grillo, progresse rapidement.

Quels sont les lieux de pouvoir en Italie ? Comment évolue la vie politique dans ce pays depuis la chute de Berlusconi ? Matteo Renzi peut-il réussir son pari et rendre l'Italie plus stable et plus facile à diriger ?

Ces questions, nous les posons aujourd'hui à nos invités:

Enrico Letta, le prédécesseur de Matteo Renzi à la présidence du conseil (avril 2013 à février 2014), aujourd’hui député européen, et depuis avril 2015 à la tête de l'École des affaires internationales de Sciences Po Paris;

et Marc Lazar, professeur des universités en histoire et sociologie politique à Sciences Po, spécialiste de l’Italie.

Enrico Letta et Marc Lazar
Enrico Letta et Marc Lazar Crédits : CB - Radio France
Intervenants
  • professeur d’histoire et de sociologie politique, directeur du Centre d’histoire de Sciences Po à Paris.
  • ancien Président du conseil des ministres italien, Président de l'Institut Jacques Delors, directeur de l'École des affaires internationales de Sciences Po Paris
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......