LE DIRECT

Numéro 41. La radio la nuit

59 min
À retrouver dans l'émission

Abris anti atomiques
Abris anti atomiques Crédits : Radio France

Une émission en direct en déambulation dans la Maison de la Radio du 22è étage > au studio 108, en passant par le toit, la salle de sport, la rédaction de France Info et les abris anti atomiques. L’Atelier intérieur s’ouvre à ciel ouvert. A la nuit. Bachelard parle de la radio comme d'une puissance cosmique, de la parole dans l'atmosphère , on le prend au mot et on commence dans l'air. La nuit on s'entend respirer. On tend l'oreille. On est vigilant. La radio ne dort pas. Nous sommes au 22è étage pour être à hauteur des antennes. Jusqu’en 1955 les radiodiffusions cessent d’émettre autour de minuit / minuit et quart. Une sorte de couvre feux. Les ondes laissent la place au silence radio. Comme si dans une heure tout s’arrêtait. Comme si la nuit rendait muet. Comme si : l’extinction des voix. Depuis les années 60, la radio parle, pas en l’air, et elle transforme la nuit. La radio c’est le rayonnement. Ca passe à travers, ça scanne, les toits les plafonds les maisons les cranes les corps les peaux. Depuis le toit ici on voit ce qui dort et ce qui ne dort pas. L’image de départ ce soir c’est cette idée de la radio Carbone 14 de faire une émission nocturne qui s’appelle L’amour en direct . On ferait se rencontrer deux personnes. Et à la fin de l’émission, il y aurait l’amour en direct. Cela n’a pas tout à fait marché, mais la nuit avait permis de l’imaginer. La nuit on veut être au plus près de la vie. S’entendre respirer, les uns les autres. Bachelard toujours, ajoutait : il faudrait écouter, ne disons pas dans une hutte, ce serait trop beau, mais dans une chambre, solitaire, à l'heure du soir, où l'on a le droit et le devoir de mettre en soi le calme, le repos. La radio a tout ce qu'il faut pour parler dans la solitude. Il ne lui faut pas de visage . Pas de visages entre nous mais une idée de l’immensité, un face à face. D’une maison ronde à une maison solitaire. La radio elle concentre la vie. A la fin des années 80, Raymond Mockel journaliste des Nuits d’Inter dit : il arrivait que le studio soit si bondé que je ne puisse pas atteindre le micro au moment de mon flash . On est plusieurs à être là. On est plusieurs devant la nuit. On a tous eu une journée avant maintenant. On est tous dans le moment d'après. Minuit ne nous rendra pas muets, la radio émet. On accélèrera la marche parfois, pour mieux s’entendre respirer. Ce sera un peu, comme de l’amour, en direct.

Notre guide : Alain, pompier de la Maison de la radio

Marine Beccarelli, l'histoire de la radio nocturne dans son livre Les Nuits du bout des ondes (Ina Editions, 2015)

Dominique Gilliot et Bernard L., auditeurs nocturnes et noctambules.

LIVE : MR CROCK, en studio au 108

Alice Ramond à la lecture

Amélie Bonnin dessine l'émission en direct, carnet à la main

Aux micros avec l'antenne : Ibrahim Seliem et Ivan Turk. Aux micros en studio : Bruno Gagnières et Clément Berman. Réalisation : Lionel Quantin

Préparation
Préparation Crédits : Radio France
vue
vue Crédits : Radio France
Lampe
Lampe Crédits : Radio France
noir
noir Crédits : Radio France
sport
sport Crédits : Radio France
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......