LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Laurent Fabius et Jean-Marc Ayrault au Quai d'Orsay le 12 février

Le remaniement ministériel // Turbulences boursières : vers un nouveau krach financier ?

59 min
À retrouver dans l'émission

François Hollande a annoncé jeudi 11 février un nouveau gouvernement marqué notamment par le retour des écologistes // Certains acteurs des marchés financiers jugent que le spectre de 2008 plane sur l'économie mondiale.

Laurent Fabius et Jean-Marc Ayrault au Quai d'Orsay le 12 février
Laurent Fabius et Jean-Marc Ayrault au Quai d'Orsay le 12 février Crédits : Philippe Wojazer - Reuters

LE REMANIEMENT MINISTÉRIEL

Jeudi dernier, le président de la République, François Hollande, a procédé au remaniement du gouvernement, à quinze mois de la prochaine élection présidentielle. Le nouveau gouvernement est composé de 38 membres dont 18 ministres et 20 secrétaires d’État, soit six membres de plus que dans le précédent.

Jean-Marc Ayrault, l’ancien Premier ministre, devient ministre des Affaires étrangères, en remplacement de Laurent Fabius qui prend la présidence du Conseil constitutionnel. Fleur Pellerin perd le ministère de la Culture, cédé à Audrey Azoulay, la conseillère culture et communication de François Hollande depuis 2014.

Deux radicaux de gauche font leur entrée au gouvernement : Jean-Michel Baylet, comme ministre de l’Aménagement du territoire et de la ruralité et Annick Girardin en qualité de ministre de la Fonction publique. L’ancienne secrétaire nationale d’Europe-Écologie Les Verts, Emmanuelle Cosse, a accepté le poste de ministre du Logement et de l’habitat durable en échange d’un referendum local sur le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, referendum dont la faisabilité a été immédiatement discutée. Deux autres anciens membres d’EELV rejoignent l’équipe de Manuel Valls en tant que secrétaires d’État : Barbara Pompili et Jean-Vincent Placé, respectivement chargé des relations internationales sur le climat et la biodiversité et de la réforme de l’État et de la simplification.

Par ailleurs, de nouveaux portefeuilles de secrétaire d’État ont été créés, notamment celui de l’ « Égalité réelle » et celui de l’ « Aide aux victimes ».

TURBULENCES BOURSIÈRES : VERS UN NOUVEAU KRACH FINANCIER ?

Depuis le début de l’année, la volatilité des marchés et la déroute du secteur financier inquiètent et l’éventualité d’un nouveau krach maintient un sentiment de défiance généralisé à l’égard des banques. L’indice CAC 40 a ainsi connu une baisse de 13,8% depuis janvier.

Cette semaine, les valeurs des actions des banques françaises, italiennes et allemandes ont plongé emportant avec elles les principaux indices boursiers européens. Jeudi, la Bourse de Paris a perdu 4%, soit légèrement plus que celle d’Hong Kong, et celle d’Athènes plus de 6%. Après une baisse de 13%, le titre de la Deutsche Bank a été ramené à son niveau de début 2009, en pleine crise financière.

Entre le ralentissement de la croissance chinoise, la chute des prix du pétrole qui plombe les pays producteurs et les signes de faiblesse du secteur bancaire, la nervosité reste à son comble sur les marchés financiers. La peur d’une récession aux Etats-Unis amplifie ces inquiétudes, d’autant que, mercredi dernier, Janet Yellen, présidente de la Réserve Fédérale Américaine (dite la Fed), a déclaré : «les conditions financières aux Etats-Unis sont devenues récemment moins favorables pour la croissance ». Les doutes s’accumulent quant au bien-fondé de la politique des banques centrales dont les fortes émissions de liquidités n’ont à faire redémarrer ni la croissance ni l’inflation. La fragilité de certains Etats européens comme la Grèce ou l’Italie, la peur de la déflation, la crainte de l’explosion de bulles immobilières et les taux records de surendettement publics et privés sont autant de facteurs qui rendent les marchés de plus en plus frileux.

Si certains acteurs des marchés financiers jugent que le spectre de 2008 est là , d’autres parlent de sur-réaction et contestent que nous soyons face à une nouvelle crise bancaire. Ceux-là imputent les turbulences qui affectent les marchés à l’état de la croissance, de l’inflation et de l’emploi dans les pays occidentaux. Telle est l’analyse de la société Lazard Frères Gestion, selon laquelle «nous sommes aujourd'hui davantage confrontés à un accès de panique des marchés qu'à une vraie dégradation des fondamentaux».

Le G20 Finance, qui se tiendra à Shanghai les 26 et 27 février prochain, sera l’occasion de connaître le positionnement des banques centrales et de voir si et dans quelles mesures elles seraient prêtes à mener une action concertée et coordonnée pour empêcher que la situation ne dégénère en crise financière profonde. 

Brèves

Philippe MEYER est revenu sur des acquisitions immobilières récentes à Paris par des hommes d'affaire dont le _Canard enchaîné _du 3 février dernier fait état.

Thierry PECH : Minuit au Pera Palace : la naissance d'Istanbul de Charles KING (Payot & Rivages, 2016)

François BUJON DE L'ESTANG : la réédition en format poche de l'Histoire de la littérature française d'Albert THIBAUDET (CNRS éditions, 2016)

Jean-Louis BOURLANGES a regretté que les médias n'aient pas assez parlé de l'écrivain Michel TOURNIER, mort le 18 janvier 2016.

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......