LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Le vote de confiance et la conférence de presse du président de la République - Le renouvellement des institutions européennes

1h
À retrouver dans l'émission

Le vote de confiance et la conférence de presse du président de la République

Manuel Valls a obtenu la confiance de l’Assemblée nationale après son deuxième discours de politique générale. Le gouvernement n’a cependant été soutenu que par une majorité relative des députés, 31 socialistes s’étant abstenu lors du scrutin.

Le Premier ministre a réaffirmé son choix d’une politique de l’offre, tout en rappelant le patronat à ses responsabilités. Manuel Valls a écarté une remise en cause du système des 35 heures, réaffirmé son intention d’engager une réforme des seuils sociaux et un dialogue sur le travail dominical. La revalorisation du minimum vieillesse de 8 euros a été confirmée et l’allocation d’une prime exceptionnelle pour les retraités qui touchent moins de 1.200 euros par mois annoncée. La baisse de l’impôt sur le revenu promise aux classes moyennes a été esquissée : après les 4 millions de ménages qui ont bénéficiés d’un « geste fiscal » en 2014, les modifications pour 2015 devraient aboutir à une baisse de l’imposition de « six millions de ménages ». Le lendemain, Manuel Valls a précisé qu’un million de foyers supplémentaires seraient exemptés de l’impôt sur le revenu en 2015. Il a également évoqué la suppression de la première tranche du barème de cet impôt. Enfin, le Premier ministre a officialisé le nouveau calendrier électoral en annonçant les élections régionales pour fin 2015, le temps d’achever la création des 13 nouvelles régions. Les cantonales sont maintenues pour mars 2015.

François Hollande a donné jeudi 18 septembre la quatrième conférence de presse de son quinquennat, largement axée sur les thématiques militaires et diplomatiques. Il a officialisé le soutien aérien de la France dans la lutte contre l’Etat islamique tout en excluant l’envoi de troupes au sol. Le Président de la République a annoncé une contribution financière de la France dans la lutte contre l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’ouest et l’installation d’un hôpital militaire en Guinée. Le chef de l’Etat a fait part de ses inquiétudes concernant la situation en Ukraine et plaidé pour le renforcement d’une industrie européenne de défense, déplorant les tendances au repli régionaliste dans une allusion au référendum écossais. Dans la seconde partie de son allocution consacrée à la situation nationale, François Hollande a écarté l’idée de réaliser des économies supérieures à 50 milliards d’euros « pour ne pas mettre en cause la croissance » . Le Président de la République a annoncé avoir confié au gouvernement la mission d’élargir le service civique. Il a enfin écarté toute augmentation de la TVA d’ici la fin de son quinquennat, complétant les déclarations de Manuel Valls relatives à l’impôt sur le revenu en excluant un report des prélèvements sur les foyers les plus aisés.

Le renouvellement des institutions européennes

Donald Tusk a quitté son poste de Premier ministre de Pologne pour prendre la présidence du Conseil européen. C’est la première fois qu’un des grands postes de l’Union revient à un pays issu du processus d’élargissement de 2004. La ministre des affaires étrangères italienne Federica Mogherini a été désignée haute représentante pour les affaires étrangères.

Jean-Claude Juncker, élu en juillet à la présidence de la Commission européenne, a présenté mercredi 10 septembre le collège des commissaires qui entrera en fonction le 1er novembre après validation par le Parlement européen : Cette nouvelle administration marque la montée en puissance des pays de l’est et du nord : en plus de la présidence du Conseil européen, la Pologne obtient le poste du marché intérieur pour l’ex-vice première ministre Elzbieta Bienkowska. La suédoise Cecilia Malmström est renouvelée au commerce et la danoise Margrethe Vestager obtient le portefeuille de la concurrence. La commission Juncker introduit une nouvelle organisation institutionnelle : 7 vice-présidents auront pour tache de coordonner les travaux de la Commission pour aboutir à une organisation plus concentrée sur les grands enjeux communautaires et favoriser la collégialité entre commissaires. Pierre Moscovici s’est vu attribuer le portefeuille des affaires économiques et monétaires et aura pour tache de veiller au respect des règles budgétaires par les Etats-membres.

La Commission devra rapidement se consacrer à plusieurs dossiers difficiles : la crise ukrainienne s’est récemment aggravée et, après des pressions de Moscou, l’accord d’association signé le 16 septembre entre Kiev et l’Union Européenne ne sera mis en œuvre que fin 2015. Cette crise a mis en évidence la dépendance problématique des Européens aux importations de gaz et de pétrole russes. Un projet de directive sur la gestion du marché européen du gaz est attendu avant la fin de l’année. La situation économique de l’Union continue de se dégrader avec un chômage élevé et une menace déflationniste. Jean-Claude Junker a annoncé travailler à un plan de relance de 300 milliards d’euros sur trois ans. Un sommet sur la croissance se tiendra à Rome le 6 octobre, la France et l’Italie y exprimeront leur volonté d’assouplissement du pacte de responsabilité et de croissance ainsi que du rythme de réduction des déficits, idée à laquelle l’Allemagne et les pays du Nord sont opposés. Les arrivées quotidiennes de migrants dans le sud de l’Europe et les tragédies qui les marquent constituent une urgence pour la nouvelle équipe. La Grèce et l’Italie réclament que les autres Etats membres accueillent d’avantage de demandeurs d’asile. Pour M. Junker « les politiques communes en matière d’immigration et d’asile ne pourront fonctionner que si nous pouvons empêcher un afflux incontrôlé d’immigrants illégaux ».

Invités

Sylvie Kauffmann, directrice éditoriale au Monde

Jean-Louis Bourlanges, professeur à l'Institut d'Etudes Politiques de Paris

Thierry Pech, directeur général de la fondation Terra Nova

Lionel Zinsou, banquier d'affaires franco-béninois, normalien et agrégé

Brèves

  • Laurent Greilsamer, La vraie vie du Capitaine Dreyfus (Tallandier, août 2014)

  • Nathalie Loiseau, Choisissez tout (JC Lattès, septembre 2014)

  • Winfried Georg Sebald, De la destruction comme élément de l'histoire naturelle (Actes Sud, janvier 2004)

  • Jean-Michel Blanquer, L'école de la vie (Odile Jacob, septembre 2014)

  • Lionel Zinsou a mentionné l'introduction à la bourse de New York de la société de distribution en ligne chinoise Alibaba avec une levée record de plus de 25 milliards de dollars.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......