LE DIRECT

Les élections municipales à Paris et Marseille - Les écoutes américaines

59 min
À retrouver dans l'émission

Les élections municipales à Paris et Marseille

A cinq mois du premier tour des élections municipales de mars 2014, la campagne s’intensifie dans les deux premières villes de France Marseille et Paris.

A Marseille, Patrick Mennucci a remporté dimanche dernier la primaire socialiste face à la sénatrice Samia Ghali, arrivée en tête au premier tour, tandis que la ministre Marie-Arlette Carlotti était éliminée. Le député et maire du 1er arrondissement de Marseille affrontera donc le maire UMP sortant Jean-Claude Gaudin. Dimanche, Patrick Mennucci a déclaré vouloir « rassembler ». Samia Ghali s’est en effet démarquée des autres socialistes. Elle a estimé que la victoire de Patrick Mennucci était celle de « cinq candidats et du gouvernement », et ses partisans ont sifflé les noms du Président de la République et du Premier ministre. Mercredi, la sénatrice a posé les conditions de son ralliement à Patrick Mennucci. Elle exige notamment que le gouvernement apporte davantage de moyens financiers à la ville. Un sondage CSA diffusé mercredi donne Jean-Claude Gaudin en tête du premier tour avec 34% des voix contre 25% pour Patrick Mennucci. Les deux candidats seraient au coude à coude au second tour. Ce même sondage confirme l’importance de la lutte contre la délinquance pour les électeurs marseillais, un sujet « prioritaire » pour 66% d’entre eux.

A Paris, les candidats dévoilent leurs alliances et précisent leurs programmes. Nathalie Kosciusko-Morizet a présenté le 9 octobre ses « chefs de file ». Elle fait face à des risques de dissidences dans sept arrondissements. Le candidat de l'UDI à la mairie de Paris Christian Saint-Etienne souhaite par ailleurs négocier « un partenariat » avec l’UMP, au moment où se profile au niveau national un rapprochement entre l’UDI et le MoDem. Les socialistes parisiens continuent quant à eux à se démarquer du gouvernement. Bertrand Delanoë a dévoilé le 15 octobre son « bouclier social » de 10 millions d’euros pour « corriger les effets négatifs » engendrés par « certaines mesures fiscales du gouvernement », et Anne Hidalgo a jugé « inadmissible » l’expulsion de Leonarda. Ian Brossat, élu communiste du conseil de Paris, a quant à lui déclaré que « la gauche parisienne n’est pas la gauche nationale ». Les communistes présenteront avec le Parti socialiste des listes communes, comme l’ont souhaité 57% des militants lors d’un vote dimanche dernier. Anne Hidalgo a présenté lundi ses « 10 priorités pour Paris », dont la première est le logement, qu’elle partage avec son adversaire de l’UMP. D’après le dernier sondage IFOP datant de fin août, Anne Hidalgo l'emporterait au second tour avec 52,5 % des voix. Nathalie Kosciusko-Morizet a gagné 1 point et demi entre juin et août.

Les écoutes américaines

En juin dernier, Edward Snowden, qui travaillait alors pour un sous-traitant de la NSA, l’agence de renseignement étatsunienne, dévoilait des milliers de documents confidentiels. Il révélait ainsi l’existence du programme PRISM par lequel la NSA accède depuis 2007 aux données informatiques de neuf grandes entreprises américaines, dont Google, Facebook, Microsoft, Yahoo, YouTube, Skype, et Apple. On apprenait aussi que l’agence espionne les infrastructures d’internet et notamment les câbles sous-marins transatlantiques, qui transitent par le Royaume-Uni. Ce pays fait partie du « premier cercle » des nations avec lesquelles la NSA collabore étroitement. Parmi les alliés des Etats-Unis, l’Allemagne et la France sont particulièrement ciblés par la NSA ainsi que l’Union européenne. Le sujet a pris une large place dans les débats des législatives en Allemagne.

Lundi dernier, le journal Le Monde publiait de nouveaux documents, qui révèlent que la NSA enregistre des millions de données téléphoniques privées tous les mois dans notre pays. L’agence espionne aussi les entreprises stratégiques françaises, comme Orange ou Alcatel-Lucent, spécialisée dans le secteur sensible de l'équipement des réseaux de communications. L'ambassadeur des États-Unis à Paris a été convoqué lundi matin au Quai d'Orsay, et, lundi soir, François Hollande a fait part à Barack Obama de sa « profonde réprobation ». Mercredi, le président de la République a réclamé une « coopération bilatérale » entre les services de renseignement français et américains « pour y voir plus clair ». Barack Obama a accepté cette proposition. Le même jour, Berlin a indiqué que « le téléphone portable de la chancelière pourrait être surveillé par les services secrets américains. Le porte-parole de la chancellerie parle d’une « rupture de confiance très grave. » Washington a réfuté toutes les accusations, sans exclure formellement que cet espionnage ait pu avoir lieu par le passé. Jeudi soir, le Guardian révélait que la NSA avait mis sur écoute le téléphone personnel de 35 "leaders internationaux". Dans la nuit de jeudi à vendredi, le Conseil européen réuni à Bruxelles a soutenu l’initiative franco-allemande d'engager des discussions bilatérales avec les Etats-Unis pour établir d'ici à la fin de l'année des règles communes dans le domaine du renseignement.

Pour Alain Juillet, directeur du renseignement à la DGSE entre 2002 et 2003, « les experts de la sécurité et du renseignement savent depuis longtemps que les Américains écoutent qui ils veulent. La seule grande surprise, c'est l'ampleur colossale du pillage mis au jour. »

Invités

Jean-Louis BOURLANGES, professeur à l'Institut d'Etudes Politiques de Paris

Max GALLO, romancier et historien

Eric LE BOUCHER, éditorialiste aux Echos et co-fondateur de Slate

Marc-Olivier PADIS, directeur de la rédaction de la revue Esprit

Brèves

William Thomas STEAD, Pucelles à vendre, Londres, 1885 (Alma Editeur, septembre 2013)

Jean-Claude CASANOVA, 'Situation de François Hollande', dans la revue Commentaire n°143 (automne 2013)

Philippe COHEN, Pierre PEAN, Le Pen, une histoire française (Robert Laffont, novembre 2012)

Abdelwahab MEDDEB, Benjamin STORA, Histoire des relations entre juifs et musulmans des origines à nos jours (Albin Michel, octobre 2013)

L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......