LE DIRECT

CIO, FIFA : le sport mortifère / Revue CITRUS

5 min
À retrouver dans l'émission

Simon Maillard et Patrick Vassort : CIO, FIFA : le sport mortifère. Chine, Afrique du Sud, Russie, Brésil, Qatar (Le Bord de l’eau) / Revue CITRUS N°1 Dossier Football

FIFA
FIFA

Il faut rappeler, comme le font les auteurs, le troublant parallélisme de calendrier entre les derniers Jeux olympiques d’hiver à Sotchi et la crise ukrainienne. Le 7 février dernier, lors de la cérémonie d’ouverture, Poutine rencontre Ianoukovitch, l’ex-président ukrainien, en marge des festivités. Quelques jours plus tard le pouvoir ukrainien envoie la police contre les manifestants de la place Maïdan. Les forces de l’ordre tirent à balles réelles et l’on dénombre près de cent morts. Peu avant la cérémonie de clôture, des soldats aux uniformes anonymes, cagoulés et surarmés apparaissent en Crimée. Au moment même des festivités, la Crimée vote comme un seul homme son rattachement à la Russie, dans un climat où il ne faisait pas bon arborer le drapeau ukrainien. Comme pour la Chine en son temps, les Jeux olympiques auront davantage servi qu’ils n’auront infléchi les pouvoirs autoritaires. On se souvient que Jean-Claude Killy, président de la commission de coordination de ces Jeux d’hiver, assurait que grâce à la charte olympique, la démocratie allait progresser à grands pas dans ce pays. En réalité ce sont les bruits de botte qu’on aura surtout entendu. D’ailleurs, si l’on en croit Jérôme Valcke, le secrétaire général de la FIFA, à propos de l’organisation de la prochaine coupe du monde de foot en 2018 en Russie, après le Brésil et avant le Qatar – je cite « Quand on a un homme fort à la tête d’un État qui peut décider, comme pourra peut-être le faire Poutine en 2018, c’est plus facile pour nous les organisateurs qu’avec un pays comme l’Allemagne où il faut négocier à plusieurs niveaux. »

On peut remonter dans le temps, les exemples ne manquent pas de ce détournement des idéaux universels du sport vantés par le discours officiel. Pour appuyer leur démonstration, les auteurs les regroupent en trois chapitres : la prédation capitaliste, les atteintes aux populations, et les dommages à l’environnement. On peut ajouter la corruption, comme les Jeux de Sotchi l’ont illustré à l’envi, avec l’attribution d’importants marchés publics à des proches de Poutine, ou la récente affaire concernant le Qatar qui aurait arrosé des membres influents de la FIFA pour obtenir un vote favorable à sa candidature pour la coupe du monde 2022. Que ce soit à Sotchi ou au Qatar les sommes faramineuses englouties par les chantiers ne profitent que pour une part infime aux ouvriers engagés, contraints en outre de travailler dans des conditions proche de l’esclavage, des conditions qui ne semblent pas émouvoir outre-mesure les responsables du CIO ou de la FIFA. De nombreux morts sont d’ores et déjà à déplorer sur les chantiers de la Coupe du monde de football au Qatar et l’on sait les épouvantables conditions de travail qui sont les leurs, sous-payés pour passer douze heures par jour sous un soleil de plomb, hébergés dans des campements insalubres et exigus, sans hygiène, leur passeport confisqué.

Selon des militants brésiliens des droits de l’homme, « 1,5 millions de familles devront quitter leur maison à travers tout le pays » pour faire place aux travaux et à la rénovation urbaine. Les marchands de rue, au Brésil comme autrefois à Pékin, doivent quitter leurs emplacements en vertu d’une nouvelle loi qui privatise l’espace public et réserve un important périmètre aux droits de vente exclusifs des partenaires commerciaux de l’opération. Pour éviter une nouvelle explosion de colère de la population, le maire de Rio refuse de communiquer le coût des prochains Jeux olympiques dont sa ville sera l’hôte en 2016. FIFA et CIO ont donné des directives pour que soient « sécurisés » et « pacifiés » les quartiers qui accueillent les compétitions. On sait à quel prix. Pour compléter le tableau les auteurs font l’inventaire des atteintes à l’environnement. Les jeux de Sotchi en ont donné maints exemples dramatiques et pour les avoir dénoncés le militant vert Evgueni Vitichko a été condamné à trois ans de prison. Au Qatar on entre en plein délire avec le projet de climatisation des stades ou celui d’un système de nuages artificiels, de gigantesques panneaux motorisés en suspension dans l’air et qui se déplaceraient avec le soleil, une opération dont le coût est équivalent au double du trou de notre sécurité sociale…

Jacques Munier

citrus
citrus

Revue CITRUS N°1 Dossier Football

https://www.facebook.com/revuecitrus

Une revue très illustrée, et qui reste attentive aux enjeux économiques, sociologiques et géopolitiques, avec certaines contributions en bandes dessinées, comme ces « historiettes brésiliennes » de Mathieu Chiara, qui donne la parole aux SDF ou aux prostituées, « aux arbitres paniqués et aux chiens excités, à tous les agitateurs importuns de ce mondial fantasmé » ou l’article de Carolina Nogueira illustré par Tom Haugomat : la journaliste brésilienne, pourtant élevée dans le culte du foot, fait partie des milliers de Brésiliens révoltés par cette coupe du monde à 13 milliards d’euros… Esther Lowe et Gala Vanson investissent le stade comme terrain d’expression politique : « Savez-vous siffler la Marseillaise ? » ou la récupération politicienne des sifflements lors du match amical France-Algérie en 2001

Et beaucoup d’autres articles : arbitres, gardiens, ultras, vestiaires, coulisses, football féminin…

L'équipe
Production
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......