LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Dix jardiniers/ Revue Jardins

6 min
À retrouver dans l'émission

Jean-Pierre Le Dantec : Dix jardiniers (Actes Sud) / Revue Jardins N°3 Dossier Le temps (Editions du Sandre)

Salon du livre libertaire 2012 Aux Blancs manteaux, 11, 12, 13 mai

http://salonlivrelibertaire.cybertaria.org/

jardins
jardins
Le Dantec
Le Dantec

Jean-Pierre Le Dantec : Dix jardiniers (Actes Sud)

L’auteur cultive l’art des coïncidences dans son œuvre romanesque et nul doute que l’architecte paysagiste qu’il est par profession n’ait été inspiré dans cette démarche par la poétique des jardins. Les vies des dix jardiniers paysagistes qu’il nous raconte ne cessent de recouper petite et grande histoire, celle du goût et de la politique, parfois même celle des batailles, et l’art des jardins que pratique chacun d’entre eux peut être défini comme un aménagement des coïncidences, avec des perspectives qui ramènent les lointains dans le proche, des rencontres fomentée entre le roc et la fleur, l’ombre et la lumière, l’architecture et la nature sauvage. Dans certains cas ces concordances se produisent à l’insu du profane, comme les scènes mythologiques du programme de Pirro Ligorrio, le créateur des jardins de la villa d’Este, à Tivoli, une symbolique antiquisante dont le décryptage n’est plus à la portée aujourd’hui que des spécialistes. A l’opposé du raffinement sémantique et de l’épopée renaissante, la coïncidence minuscule de cette ancienne « gueule noire », Charles Pécqueur, retraité des Houillères du Nord et maire de Ruitz, qui faisait tenir sa vision du monde dans un jardinet de quelques dizaines de mètres carrés et dont l’œuvre paysagiste à l’échelle de la commune ruina la carrière politique.

Jean-Pierre Le Dantec a esquivé la rencontre avec les plus connus d’entre les « jardinistes », les grands artistes comme Le Nôtre ou Mark Brown, dont l’œuvre et la vie sont bien connues et s’il a choisi d’évoquer celle de la « gloire nationale » qu’est devenu, aux Etats Unis, Frederick Law Olmsted, le créateur de Central Park, c’est pour mettre en lumière celle de son associé et premier maître Calvert Vaux. De même, Humphry Repton, l’inventeur du jardin à l’anglaise, figure dans sa galerie de portraits mais c’est parce qu’il semble avoir subi chez nous l’éclipse causée par le jardin « à la française ». Sinon, c’est à un voyage à travers le temps et l’espace que nous invitent ces promenades biographiques, du Chinois Ji Peng à l’attachante Ellen Wilmott, en passant par le souverain moghol Babur, descendant de Tamerlan et roi de Kaboul, ou Jean-Baptiste Le Blond, qui dessina les plans et jardins de Saint-Pétersbourg et succomba aux coups de knout de Pierre le Grand pour avoir dénigré son goût passé de mode pour l’emphase Grand Siècle.

L’esthétique de la coïncidence est d’emblée induite par l’idéogramme chinois qui désigne le paysage au sens pictural du terme. « Shansui » signifie littéralement, en effet, « montagnes et eaux », de même que le genre poétique traditionnel des lettrés retirés à la campagne dans le détachement et la sérénité, « Tianyuan » signifie « champs et jardins ». De ces correspondances et affinités sémantiques, le « dresseur de pierre » Ji Cheng fera son miel, lui qui s’employa à maîtriser « l’art de composer des scènes suggérant un poème, appelant une musique, invitant à la méditation ou au plaisir des sens ». En choisissant les pierres et les rochers pour édifier des montagnes minuscules, il illustrait les deux sens de « dresser », celui d’élever mais aussi de « domestiquer ». Sa carrière débute par un jardin de dimensions modestes, situé au nord du pont des Fleurs d’Eau à Jinling et commandé par le lettré Wu Xuan, qui s’étonne de l’illusion d’espace créée par une montagne miniature qui ménage dans ses plis trois scènes contrastées. Celui qui deviendra l’auteur d’un traité classique de l’art des jardins chinois pratiquera longtemps cette confusion des échelles qui rend le petit commensurable au grand et en quoi réside l’esprit du jardin, image en réduction du lointain paradis, qui se disait jardin en ancien persan. De quoi nous avons hérité

Des figures épiques, on les trouve aussi dans cette suite, comme celle Zahiruddin Muhammad Babur, descendant de Gengis Khan et de Tamerlan, roi de Kaboul et d’Afghanistan, empereur de l’Inde du Nord, poète et guerrier, pourfendeur de mécréants et amateur d’opium comme de vin et d’eau-de-vie, savant géographe et jardinier hors pair qui fit dessiner et planter, partout où il se trouvait des dizaines de jardins dont les tracés inspireront un siècle plus tard les ordonnancements du Taj Mahal. Jean-Pierre Le Dantec rappelle que les deux plus grands jardiniers français du début du XVIIème siècle, Olivier de Serres et Jacques Boyceau de la Bareauderie, qui dessinera le Luxembourg pour Marie de Médicis, étaient aussi des guerriers, engagés eux dans le camp huguenot, et qui trouvèrent le temps, entre deux prises d’armes, d’inventer la manière, mi-maniériste, mi-baroque qui donnera le grand style français.

Et l’étonnante figure du Comte Von Pückler-Muskau, infatigable voyageur à la recherche de fonds pour achever le grand œuvre de sa vie qui engloutira sa fortune et celle de son épouse, le domaine de Muskau, à cheval sur la Neisse et désormais sur la frontière polonaise et allemande et classé au patrimoine de l’humanité.

Jacques Munier

Revue Jardins N°3 Dossier Le temps (Editions du Sandre)

Avec notamment :

Virginia Woolf Kew Gardens

Philippe Nys La villa d’Este, un story-board

Schiller Calendrier des jardins

Baldine Saint Girons Des ruines qui enseignent…

Salon du livre libertaire 2012

Vendredi 11 mai de 14 h à 21 h, samedi 12 mai de 10 h à 20 h et dimanche 13 mai de 10 h à 16 h

Espace d’animations des Blancs Manteaux 48, rue Vieille-du-Temple 75004 - Paris Métro lignes 1 ou 11 : station Hôtel de Ville ou Saint-Paul

http://salonlivrelibertaire.cybertaria.org/

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......