LE DIRECT

Penser et agir avec la nature / Revue Hérodote

4 min
À retrouver dans l'émission

Catherine Larrère, Raphaël Larrère : Penser et agir avec la nature. Une enquête philosophique (La Découverte) / Revue Hérodote N°156 Dossier Géopolitique de l’agriculture (La Découverte)

air
air

« L’histoire globale entre dans la nature la nature globale entre dans l’histoire », écrivait Michel Serres dans Le Contrat naturel . Cette rencontre porte aujourd’hui un nom : l’anthropocène, le nouvel âge géologique marqué par l’impact des activités humaines sur la planète, dont le réchauffement climatique est l’indice le plus clair. L’histoire et la nature se rejoignent après avoir été longtemps pensées en opposition, la première envisageant son développement comme une conquête et une maîtrise de la seconde. Après le déclin des grands récits idéologiques, c’est au tour des couples d’opposition qui ont structuré notre vision du monde qui sont remis en cause : nature et culture, sauvage et civilisé, sujet/objet. Les auteurs explorent les chemins ouverts par ces nouvelles configurations, non sans faire le bilan critique des conceptions qui ont guidé notre manière d’habiter le monde et d’y agir. Ils examinent également comment la globalisation des questions environnementales a modifié la façon de les aborder. Et leur enquête philosophique est notamment orientée par la question de savoir ce que signifie, dans le contexte actuel, le mot d’ordre qui enjoint de « respecter » ou « protéger la nature ».

Car il semble relever aujourd’hui d’un horizon déjà dépassé. La nature n’est plus cette entité séparée que les premiers penseurs américains de l’écologie considéraient d’une manière presque mystique et dans une radicale extériorité à l’humain. « Le salut du monde est dans le sauvage » affirmait Henri David Thoreau. Avec Emerson, des peintres ou des poètes comme Walt Whitman, des militants comme John Muir ou Aldo Leopold, ils ont donné corps à la notion de wilderness , la nature sauvage, qui a inspiré la politique de protection conduisant à la création des parcs nationaux, une politique qui s’est révélée par la suite difficilement exportable ailleurs sur la planète, en Amérique du Sud, en Afrique ou en Asie du fait que ces forêts primaires étaient habitées par des peuples autochtones. Mais la frontière entre nature et culture, monde sauvage et société humaine avait commencé à s’effriter dans certains esprits. Car la célébration de la nature sauvage n’allait pas sans une forme de retour sur soi. Pour Thoreau, protéger la nature, c’était aussi préserver la part sauvage en nous. Ce qui conduisit des penseurs comme Aldo Leopold à réévaluer – je cite « ce qui est artificiel, domestique et confiné à l’aune de ce qui est naturel, sauvage et libre ». Du rapport à la nature, on pouvait tirer une leçon de liberté qui vaille également dans le monde social.

C’est la perspective écologique que défendent Catherine et Raphaël Larrère. Il faut réintroduire la société dans la protection de la nature, et la démocratie dans le gouvernement des scientifiques. Comme l’a montré l’anthropologue Philippe Descola, c’est aussi en protégeant les cultures non occidentales que l’on préservera ce que nous considérons comme leur nature, qui est aussi leur culture. L’écologiste norvégien Arne Naess estimait que la richesse et la diversité des formes culturelles faisaient partie de la grande variété des formes de vie sur terre et que les cultures locales devaient être préservées au même titre que les espèces menacées. Ces cultures locales sont des instruments irremplaçables de gestion de la biodiversité. « Nous avons besoin d’une autre écologie – affirment les auteurs – qui rende compte des rapports collectifs des sociétés à leur nature. La biodiversité devrait nous permettre d’accéder à cette pénétration du naturel dans le social. »

Le philosophe et paléontologue Paul Shepard, l’auteur notamment de l’ouvrage publié chez Corti sous le titre Nous n’avons qu’une seule terre , suggérait également de nous ressourcer aux conceptions de la pensée sauvage qui, selon Lévi-Strauss « se définit à la fois par une dévorante ambition symbolique et par une attention scrupuleuse entièrement tournée vers le concret », alors que la pensée civilisée tendrait plutôt à simplifier la complexité du monde. « L’un des atouts de l’Occident – rappelait Paul Shepard – réside dans une tradition qui combine l’auto-analyse, l’autocritique, et l’accès historique et scientifique à d’autres cultures ». La révolution intellectuelle qu’il appelait de ses vœux serait donc « naturellement » à notre portée.

Jacques Munier

ramstein
ramstein

A lire aussi

Gilles RAMSTEIN

LES CLIMATS DE LA TERRE

« Gilles Ramstein est climatologue et directeur de recherches au Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA). Spécialiste de la modélisation du climat au Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement (LSCE), il explore, depuis près de vingt-cinq ans, les causes des changements climatiques dans l'histoire de la Terre, à travers de très nombreux projets pluridisciplinaires, à l'échelle nationale et internationale.

Quel a été le climat dominant sur Terre depuis l’apparition de la vie ? Comment s’est organisée l’alternance des phases froides et des périodes plus chaudes pendant ces quelques milliards d’années ? En quoi le réchauffement climatique actuel menace-t-il durablement la préservation de la vie sur notre planète ? Quelles leçons peut-on tirer, pour notre présent, de cette longue évolution du climat ? Quelles craintes sont déraisonnables ? Quelles hypothèses sont plausibles ?

Pour la première fois en France, ce livre présente une étude de l’évolution des climats de la Terre sur le très long terme (4 milliards d’années). Gilles Ramstein nous invite à prendre du recul et à analyser avec lui les extraordinaires variations climatiques que la Terre a connues et qu’elle connaîtra encore avant d’être avalée, sans doute, par la géante rouge que deviendra notre soleil. La réflexion s’impose d’autant plus aujourd’hui que la régulation climat/cycle du carbone/tectonique, qui a longtemps permis de préserver à la surface les températures favorables à la vie, est en train de se dérégler. Pour la première fois, notre planète est soumise à une dérégulation climatique globale produite par l’homme lui-même. »

Présentation de l’éditeur

Festival de la revue 4/5/6 juin à Lyon, organisé par l’association Livraisons

Musée des Beaux-arts, Ecole nationale supérieure des beaux-arts

prigent
prigent

Ce soir 20h – 22h Dialogue. Un écrivain dans le monde des revues – Christian Prigent et l’aventure TXT

Dialogue entre Christian Prigent et Philippe Roux

Le programme complet :

http://www.revue-hippocampe.org/images/livraisonsfestival2015.pdf

herodote
herodote

Revue Hérodote N°156 Dossier Géopolitique de l’agriculture (La Découverte)

L’agriculture est une question géopolitique. C’est une activité très liée au territoire, et qui n’est pas étrangère aux questions de puissance, de souveraineté et de sécurité.

Au sommaire

Proche-Orient : géopolitique des dynamiques agraires par Pierre Blanc

Géopolitique de l’agriculture indienne par Jean-Luc Racine

Les paradoxes des « sansterre » et de l’esclavage rural au Brésil par Herve Théry

Nourrir la Chine : géopolitique d’un défi alimentaire par Jean-Marc Chaumet

Bientôt on comptera des dizaines de millions de paysans sans terre en Afrique subsaharienne par Christian Bouquet

Le commerce de produits agricoles et ses rivalités permanentes par Thierry Pouch

Le blé au cœur des enjeux géostratégiques mondiaux par Sébastien Abis

Les enjeux de l’implantation de grands élevages dans le bassin inférieur du Pilcomayo : nouvel eldorado ou dernière frontière ? par Olivier Antoine

Quelle agriculture pour l’Éthiopie du XXIe siècle ? Nouveaux rapports de forces et terre de conflictualités inédites par Matthieu Brun

Riz, terre et eau du Lango : la lente émergence d’ un territoire hydraulique ougandais par Charlotte Torretti, Lauriane Gay, Bernard Calas

L'équipe
Production
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......