LE DIRECT

Les intellectuels français, Israël et l'Allemagne

3 min
À retrouver dans l'émission

Les Anglo-saxons se passionnent depuis longtemps pour l’histoire des intellectuels français et par notre tendance nationale au maniement des idées abstraites...
<source type="image/webp" srcset="/img/_default.png"data-dejavu-srcset="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2015/06/360b90d5-0b63-11e5-9c6d-005056a87c89/838_sartre-et-beauvoir1.webp"class="dejavu"><img src="/img/_default.png" alt="Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir à la terrase d'un bistrot" class="dejavu " data-dejavu-src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2015/06/360b90d5-0b63-11e5-9c6d-005056a87c89/838_sartre-et-beauvoir1.jpg" width="650" height="400"/>
Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir à la terrase d'un bistrot Crédits : LIDO

                                                                                                            <em itemprop="copyrightHolder">Sipa</em></span></figcaption></figure> 

Vous vous souvenez de Tony Judt ? Hé bien, vous devriez entendre parler de Sudhir Hazareesingh. A moins que, fidèle auditeur du Grain à Moudre, sur France Culture, vous ne l’avez déjà découvert dans l’émission d’Hervé Gardette. Il vient de publier un nouveau livre, qui n’a pas eu l’heur de plaire à notre compatriote Laetitia Strauch-Bonart. Elle le fait savoir dans un article publié ce mois-ci par la revue britannique Standpoint. Hazareesingh est fasciné par notre tendance nationale au maniement des idées abstraites, pour la spéculation hors-sol c’est une critique que nous nous sommes beaucoup adressée nous-mêmes, de Tocqueville à Hippolyte Taine. Comme beaucoup de ses confrères, il relève aussi la place disproportionnée qu’a occupée l’intelligentsia dans la vie politique et sociale française. Il relève une certaine perte de vitalité de notre production. A quoi l’attribue-t-il ? A la chute du communisme, qui aurait été l’une des grandes passions de Saint-Germain des Prés. Laetitia Strauch-Bonart reproche à l’historien d’Oxford de faire preuve de complaisance envers les engagements gauchistes des années 60 et 70, mais d’oublier son indulgence lorsqu’il s’agit du courant conservateur qui en prend la relève aujourd’hui, avec des écrivains comme Alain Finkielkraut. Elle relève aussi que l’absence de goût pour la culture des dirigeants politiques et économiques actuels de notre pays explique en partie le déclin du pouvoir intellectuel.

Les relations entre Israël et l'Allemagne

Shlomo Ben-Ami, ancien ministre israélien des Affaires étrangères, se penche sur les relations entre son pays et l’Allemagne, à l’occasion du 50° anniversaire de l’ouverture des relations diplomatiques entre Tel-Aviv et Bonn, l’ancienne capitale de la République fédérale. L’Allemagne, constate-t-il, avait des efforts à fournir pour gagner une légitimité internationale, ternie par le passé nazi de l’Allemagne. De son côté, Ben Gourion était un pragmatiste, à la recherche de soutiens diplomatiques et il accepta volontiers les réparations financières allemandes. L'Allemagne est devenue le premier partenaire commercial européen d’Israël et le troisième au monde, après les Etats-Unis et la Chine. Le discours prononcé par Angela Merkel a été très apprécié. Cependant, prévient-il, les dirigeants israéliens devraient prendre garde à la montée des sentiments anti-israéliens parmi les populations de toute l’Europe de l’ouest ; car ils n’épargnent pas la jeunesse allemande. Aujourd’hui, c’est Israël qui souffre d’un problème de légitimité. La preuve, ce sondage international qui fait de l’Allemagne le pays préféré dans monde, tandis qu’Israël apparaît tout en bas du classement, avec la Corée du Nord, le Pakistan et l’Iran… Martin Walser avait provoqué un débat en 1998 en déclarant que l’Holocauste était devenu une « matraque morale » et que son pays ne pouvait vivre « en état de culpabilité morale permanente ». Mais plus récemment, c’est Günther Grass, aujourd’hui décédé, qui a publié un poème témoignant de sa « fatigue » envers la mémoire de la Shoah et de sa condamnation de la politique d’Israël. Dans un tel contexte, prévient Shlomo Ben-Ami, les relations germano-israéliennes ne peuvent que se détériorer.

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......