LE DIRECT
ans la « famille » photographique, le Pola a toujours fait figure de « dandy de l’argentique », un dandy poète et poseur qui plaît aux artistes, parmi lesquels Warhol, Mapplethorpe ou Patti Smith…

Pola, je t’aime

55 min
À retrouver dans l'émission

Un bruit. Un seul. Un « Bzzzzzzz ». Et la photo sort instantanément. Appareil le plus vendu au monde depuis sa création en 1947, le Polaroid, au même titre que la 2 CV, l’I-Pod, le stylo Bic ou le K-way, est un objet culte qui aurait pu trouver sa place dans les Mythologies de Roland Barthes.

ans la « famille » photographique, le Pola a toujours fait figure de « dandy de l’argentique », un dandy poète et poseur qui plaît aux artistes, parmi lesquels Warhol, Mapplethorpe ou Patti Smith…
ans la « famille » photographique, le Pola a toujours fait figure de « dandy de l’argentique », un dandy poète et poseur qui plaît aux artistes, parmi lesquels Warhol, Mapplethorpe ou Patti Smith… Crédits : Science & Society Picture Library - Getty

Et pourtant cet appareil de l’intime et de l’instant par excellence a bien failli ne plus jamais faire entendre son déclic magique.

En 2008, la maison Polaroid, basée aux Etats-Unis, arrête la production de ses films et ferme ses dernières usines au Mexique et aux Pays-Bas. Toute une génération d’artistes et d’amoureux de la photo instantanée s’émeut de cette disparition (qui sonne le glas de la photo-objet) mais la fatalité de la modernité numérique semble l’avoir définitivement emporté.

D’anciens salariés de Polaroid aux Pays-Bas associés au fondateur de la « Lomographic Society » décident alors de relancer la production des films mythiques. Ils fondent alors le projet « Impossible  », une start-up financée, entre autres, par des passionnés de photographie analogique. Relayée dans le monde entier, cette folle histoire a finalement convaincu, en octobre 2010, la firme américaine Polaroid de produire de nouveau des appareils. En mars 2010, voilà les passionnés d’image Pola rassurés: les nouvelles pellicules Impossible sortent à leur tour. Et cinq ans après, elles continuent de ravir les amateurs d’images à développement instantané.

Le Pola, le récit d'une époque

Le Pola raconte une époque où les couleurs se faisaient chaudes, ocres ou saturées et où l’on pouvait laisser des messages ou des mots d’amour au bas de l’image. Il est l’appareil des baby boomers, le compagnon des fêtes de famille, des voyages lointains ou des poses coquines.

Dans la « famille » photographique, le Pola a toujours fait figure de « dandy de l’argentique », un dandy poète et poseur qui plaît aux artistes, parmi lesquels Andy Warhol, Walker Evans, Robert Mapplethorpe ou Patti Smith… Encore très prisé du monde de la mode, il attire toujours de grands professionnels comme Sarah Moon ou Paolo Roversi.

Au travers de témoignages d’artistes, de photographes, d’anciens de Polaroid ou de simples amateurs, « Pola je t’aime » raconte l’histoire sensible qui nous lie à cet objet. A la fois image et chambre noire miniature, le Polaroid suscite un attachement singulier. Affectif. Parfois nostalgique. Mais toujours vivace.

Avec :Marie-Christine Guyot , ancienne salariée de Polaroid La famille Labadie Philippe Garcia , photographe et auteur de « Zoom sur le polaroid technique et artistique » chez PearsonLouis , amateur passionné de PolaroidMichel Nuridsany , critique d’art et commissaire de l’exposition Génération Polaroid (en 85)Bruno Bayen , romancier, auteur de « Pourquoi pas tout de suite »Marion Dubier Clark , photographe qui travaille exclusivement au SX 70 et auteur de « 100 polaroids », « From New-York to New Orleans », « From San Francisco to Los Angeles » et « From Cuba to Miami »

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......