LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le harcèlement en milieu scolaire.

#anti2010 : pas facile d’avoir 11 ans cette année

2 min

Depuis leur rentrée au collège, des élèves nés en 2010 sont la cible de moqueries et d'insultes sur les réseaux sociaux avec le hashtag #Anti2010. Un phénomène inquiète les adultes qui redoutent un harcèlement des élèves de 6ème.

Le harcèlement en milieu scolaire.
Le harcèlement en milieu scolaire. Crédits : Getty

Je ne laisserai personne dire que c’est le plus bel âge du monde… Oui, parce que je ne sais pas si vous avez 11 ans, mais si tel est le cas, vous devez être averti d’un hashtag anti 2010, lequel aurait pour effet de vous faire vivre un enfer.

Sur TikTok, des vidéos anti-2010 s’en prendraient à cette classe d’âge − une vraie classe d’âge, puisque les 2010 effectuent leur entrée en sixième, bref bienvenue dans un monde bête et méchant. 

Or, il se trouve que je cohabite avec un 2010, si vous me passez l’expression, lequel effectue précisément son entrée en sixième, la découverte du collège, des devoirs à rallonge – bref de quoi littéralement inquiéter la famille, sans qu’il soit nécessaire de rajouter un hashtag pour angoisser plus encore les parents. 

N’écoutant donc que ma conscience professionnelle de journaliste, je me suis approché avec précaution de cet individu né en 2010 rescapé de cette vague de harcèlement, ou guetté par cette terrible tempête sur TikTok, et, de manière assez habile, je lui ai demandé s’il souffrait beaucoup de harcèlement sur les réseaux sociaux, qu’il pouvait tout dire à ses parents, même à son père. A cette question j’ai eu droit à quelques borborygmes et haussements d’épaules – disons que l’exemplaire de hashtag 2010 avec lequel je cohabite semble beaucoup plus accablé par les différents devoirs qu’il est censé accomplir plutôt que par une entreprise concertée destinée à lui casser la guerre à la récré par réseaux sociaux interposés. J’ai eu beau lui expliquer que Jean-Michel Blanquer était de son coté, qu’il ne fallait pas hésiter à me dire si les grands l’embêtaient, j’ai bien vu que je n’avais pas vraiment mon public. 

Pendant ce temps-là, il est difficile de ne pas songer que la publicité offerte à ce hashtag, soi-disant très présent sur les réseaux sociaux, n’ait eu effet des effets performatifs, créant le danger que l’on était censé dénoncer. Alors pour le moment, cet hashtag anti 2010, de mon point de vue, est un peu la transposition du désert des Tartares dans la cour de récré, même si la guerre des écrans a remplacé la guerre des boutons, cela reste encore une drôle de guerre.  

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......