LE DIRECT

Compter les « Molenbeek » pour ne pas dormir ?

1 min

La question du nombre de "Molenbeek" taraude les politiciens français. Ce néologisme ne serait-il pas une preuve de plus de la passion française pour le nominalisme?

Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais en France on adore donner des noms de ville belges à nos problèmes. On a eu la « bruxellisation » qui désignait la négligence architecturale vis-à-vis d’une ville, un Vilvorde pour un Waterloo social, et maintenant nous désignons sous le vocable de Molenbeek toute « bruxellisation » du vivre ensemble, ou, si vous préférez, une situation où le communautarisme islamiste favoriserait la radicalisation de certains individus.

Tout ce week-end, les politiques ont donc été confrontés à la question suivante : combien y a-t-il de Molenbeek en France ? Normalement, on devrait se féliciter de l’apparition d’un nouveau mot dans la langue française. Après les termes de banlieue, zone sensible, zone grise, territoire perdu de la République, ZUS, ghetto, lieu d’apartheid social, pardon pour les autres notions oubliées, voici donc nos Molenbeek.

Le problème, c’est que ces notions déclamées de manières martiales, ce mouvement lexical incessant contraste avec l’immobilisme des politiques. Plus précisément, les mots évoluent, les politiques, elles, demeurent. Depuis plusieurs années, on nous explique qu’il faut appeler un chat un chat, un ghetto un ghetto, certains poussent même le raffinement jusqu’à citer Camus, « mal nommer les choses c’est ajouter… », enfin vous connaissez la phrase - mais tout ceci ne débouche sur rien.

Un indice de plus de la passion française pour le nominalisme, comme si le fait de donner un nouveau nom à une situation ancienne permettait de mieux la penser, et peut être même de la résoudre. Comme si bien nommer les choses, suffisait à retrancher des malheurs au monde.

Chroniques

7H30
5 min

Journal de 7h30

Journal de 7h30 : Lundi 28 mars 2016
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......