LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le Français Julian Alaphilippe remporte les 94èmes Championnats mondiaux de cyclisme à Leuven, Belgique, le 26/09/2021.

Ce n’est pas facile d’être numéro 1

2 min

Ou plutôt si : dans de plus en de plus de domaines, il semble y avoir une prime au numéro 1, comme si la domination du numéro 1 était de plus en plus insolente, comme s’il était très difficile de détrôner le numéro 1.

Le Français Julian Alaphilippe remporte les 94èmes Championnats mondiaux de cyclisme à Leuven, Belgique, le 26/09/2021.
Le Français Julian Alaphilippe remporte les 94èmes Championnats mondiaux de cyclisme à Leuven, Belgique, le 26/09/2021. Crédits : Tim de Waele - Getty

C’est probablement de plus en plus facile, si l’on en juge en tout cas par une information qui occupe la une du Parisien, du Figaro et de L’Humanité, c’est suffisamment rare pour que cela soit noté ; surtout qu’il s’agit de sport, et plus précisément de vélo. 

« Alaphilipe reste le roi du monde » titre par exemple Le Parisien, le cycliste a remporté, hier après-midi en Belgique, un deuxième titre de champion du monde, un exploit rare qui le fait entrer dans l’histoire. 

Et autre information, que l’on trouve en une du Figaro : Lewis Hamilton, c’est en Formule 1, a remporté sa centième victoire, et il serait, en tout cas sur le plan statistique, le plus grand pilote de tous les temps. Et l’on pourrait multiplier les exemples, en tennis par exemple, où la domination d’un champion est éclatante. C’est, semble-t-il de plus en plus fréquent, comme s’il existait un écart de plus en plus grand entre le premier et le second, une petite marche de podium, mais en réalité une falaise qui séparerait le premier du second. 

Eh bien, figurez-vous que tout cela se réfère à l’expression du « Winner takes all » en anglais, le gagnant prend tout, une expression qui est également qualifiée d’effet Mathieu, selon un passage énigmatique des Évangiles selon Saint Mathieu où il est dit en substance qu’à « ceux qui ont tout, tout sera donné en surplus… »

Dans de plus en de plus de domaines, il semble y avoir une prime au numéro 1, comme si la domination du numéro 1 était de plus en plus insolente, comme s’il était très difficile de détrôner le numéro 1. Les victoires de Julian Alaphilippe en vélo et de Lewis Hamilton en formule 1 en donnent une illustration fidèle, une situation qui pourrait s’expliquer par le fait que la victoire va à la victoire, dès lors qu’une personne remporte une victoire, elle bénéficie désormais de la meilleure équipe, meilleurs préparateurs, sponsors, matériels, le second n’ayant que des miettes. 

D’où d’ailleurs de nouveaux problèmes pour les organisateurs de compétition sportive : comment ménager un peu de suspense si c’est toujours le même qui gagne. Il faudrait faire en sorte que la lutte des places ne devienne pas une guerre qui lasse.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......