LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le dispositif entrera en vigueur en 2022.

La science du pourboire

2 min

Mauvaise nouvelle pour les radins, le gouvernement a annoncé hier qu’il sera possible de laisser des pourboires via sa carte bleue, comme aux États-Unis par exemple.

Le dispositif entrera en vigueur en 2022.
Le dispositif entrera en vigueur en 2022. Crédits : Jens Kalaene/picture alliance - Getty

Et c’est peut-être une révolution qui débute en France, puisque jusqu’à présent le pourboire était laissé à l’appréciation de la clientèle, comme on dit, qui avait la possibilité de n’en point laisser. Alors qu’aux États-Unis, il est possible de ne pas en laisser uniquement pour faute grave : lorsqu’une table nombreuse arrive au restaurant, il est de coutume de rajouter le tip, le pourboire, de manière systématique à la note.  

Or, indiquer qu’il est possible de laisser un pourboire, sur une facturette de CB, ou sur la machine de CB, c’est augmenter mécaniquement le pourcentage de gens qui vont laisser des pourboires. C’est peut-être une vraie évolution car jusqu’ici la France était dans une situation médiane entre les pays comme les États-Unis où le pourboire est obligatoire et ceux, à l’instar du Japon, où le pourboire est perçu comme une humiliation. Le but est d’augmenter le salaire indirect perçu par les serveurs et consorts. Aux États-Unis, les pourboires représentent le double du budget de la NASA soit 40 milliards de dollars.  

Et une véritable science du « tipping » s’est développée – de nombreuses données permettant de comprendre ce qui fait qu’une personne laisse ou pas un pourboire. C’est ainsi, comme on pouvait s’y attendre, que les conditions sociales du pourboire sont déterminantes – la première incitation est de donner pour ne pas passer pour un radin, versus les situations où personne ne vous voit – c’est ce qui explique que l’on donne infiniment plus au restaurant qu’au personnel de chambre dans un hôtel. 

Mais l’enseignement le plus édifiant autour de cette science du pourboire, a été apporté par les services de VTC de type Uber qui conservent ces données. Et l’on s’est rendu compte que la probabilité de recevoir un pourboire dépendait trois fois plus du donneur que du conducteur, certaines personnes donnent beaucoup plus souvent que d’autres, peu importe la qualité de la course.  

Ne me remerciez pas pour cette conclusion, à la radio le service est compris. 

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......