LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Hommage national à Daniel Cordier (20 Novembre 2020)

C’est beau un pays à l’unisson…

2 min

Hommage national à Daniel Cordier (20 Novembre 2020)
Hommage national à Daniel Cordier (20 Novembre 2020) Crédits : AFP

Et oui, c’est ce que peut inspirer l’hommage unanime à Hubert Germain, le dernier des compagnons de la libération, mort hier à l’âge de 101 ans. Sur son héroïsme, son engagement exemplaire je ne reviens pas, nous allons évoquer longuement le souvenir de cet homme. Mais il fallait bien la dépouille de ce héros pour que la France parvienne à parler d’une même voix au sujet de la résistance, et, plus largement au sujet de la Seconde Guerre mondiale, parce qu’en réalité, aucun autre sujet n’a été autant motif de rupture et de division, cette apparente union sacrée masque en réalité plus de 70 ans de querelles. 

Il y a bien sûr, ceux qui évoquent encore le gaullo-pétainisme pour sauver certaines figures de la collaboration, alors même que cela fait longtemps que cette fable a été disqualifié. De l’autre côté de la bourgeoisie, il y a ceux qui doivent encore expier le pacte Ribbentrop-Molotov, calcul cynique de Staline, mettant en porte-à-faux une génération de communistes français, tâche lavée dans le sang par un parti rhabillé en « parti des 75000 fusillés », tentant ainsi d’avoir le monopole de la résistance, pour se faire pardonner ses premiers errements. 

Car il y eut des résistants de tout bord, de droite et même d’extrême droite, d’Henri de Kerillis à Honoré d’Estienne d’Orves, nationalistes devenus nationalistes conséquents – l’engagement dans la résistance aboutit à une ligne de démarcation non pas entre tel et tel camp, mais à l’intérieur de chaque parti et de chaque sensibilité.

Et il fallut toute l’adresse de la geste gaullienne pour faire croire à la France qu’elle fut unanimement résistante, alors que le personnel politique, y compris dans le camp gaullien, montrait l’inverse : tous les premiers ministres de De Gaulle, tous les premiers ministres de Pompidou avaient été à l’origine des fonctionnaires de Vichy. C’est cette même adresse qui parvint à faire oublier le sort réservé à la résistance de l’intérieur par ces mêmes gaullistes, à quel point les FTP, et surtout les FTP MOI, les résistants étrangers Francs-Tireurs et partisans main d’œuvre immigrés ont été lâchés simultanément par le parti communiste, par le général De Gaulle et par Winston Churchill. De la même façon, il faut l’ombre héroïque d’un Hubert Germain pour masquer comment certains maquis eurent à se débrouiller seuls, sans l’aide de Londres, à commencer par le Vercors qui ne reçut jamais les armes dont il avait besoin.

La résistance est un mythe, et l’une des fonctions du mythe, c’est de perpétuer certains songes, parmi lesquels se trouve l’unité de la France dans les périodes désunies.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......