LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

La pente glissante

2 min

Marion Maréchal-Le Pen fait du tout-schuss sur la piste du raisonnement conservateur et moraliste.

La pente glissante, c’est le nom de la figure de rhétorique utilisée par Marion Maréchal-Le Pen lorsqu’elle a expliqué, je la cite, que le « mariage homosexuel ouvrait la voie à de très nombreuses dérives, parce que d’autres minorités chercheront à faire reconnaître leur forme d’amour, je pense notamment », dit-elle, « à leur polygamie ». Une belle illustration de l’argument de la pente glissante toujours convoquée dans un raisonnement conservateur. Le but de cette figure de rhétorique ? Disqualifier une évolution en cours non pour ce qu’elle est mais ce qu’elle va fatalement entraîner. Monseigneur Barbarin, ben oui Monseigneur Barbarin nous en a livré, en son temps, une très belle interprétation.

Autre variante, le raisonnement du député Christophe Michel qui explique que la dépénalisation du cannabis va entraîner « la dépénalisation du viol » voire, je le cite toujours « la légalisation du viol ». Là aussi la pente est raide, et la pente est droite comme aurait pu le dire Jean-Pierre Raffarin. Reste à comprendre pourquoi ça ne fonctionne pas. Eh bien parce que la pente glissante ne prend pas les acteurs sociaux au sérieux, elle les prive de rationalité, et assimile des revendications minoritaires à des revendications ultra-minoritaires voire purement fantasmatiques.

Les partisans de l’inceste ont toujours su se montrer discrets dans notre pays. La panique morale que Marion Maréchal-Le Pen souhaite provoquer à leur sujet est sans rapport avec leur existence sociale, une réalité sociale qui n’a évidemment rien à voir avec le mariage homosexuel. Ce n’est d’ailleurs pas au nom de la liberté que le mariage pour tous a été réclamé, mais au nom de l’égalité des individus, quelles que soient leurs orientations sexuelles. Le parti pris de cette figure de rhétorique, c’est de considérer la loi comme un barrage, comme s’il y avait dans le corps social des pulsions à réprimer. En somme, les raisonnements à base de pente glissante ne font pas confiance à la société, et c’est pourquoi la société ferait bien de s’en méfier.

Voir à ce sujet : http://cortecs.org/materiel/sophisme-la-pente-savonneuse/

Chroniques
7H30
5 min
Journal de 7h30
Crise migratoire : l'Europe s'accorde sur une position commune face à la Turquie
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......