LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
"New York calling", 1988

Les photographies jumelées de Bruce Frankel

5 min
À retrouver dans l'émission

Le matin du 11 septembre 2001, Bruce Frankel était en train de regarder ses archives de clichés des Tours Jumelle. Le point de départ d'un travail de recomposition photographique marquant l'avant et l'après des attentats...

"New York calling", 1988
"New York calling", 1988 Crédits : Courtesy Bruce Frankel / Les Editions Bergere 2021

Mon oeuvre à moi prend une forme un peu particulière pour cette matinale spéciale puisque je vais vous raconter une histoire et  vous parler d’un photographe franco-américain, Bruce Frankel qui expose en ce moment son travail aux Ateliers Bergère à Paris.

Bruce Frankel publie C’était le tournant du siècle, un livre de textes et de photographie de New York et du World Trade Center  de 1973 à 2017, année où il s’installe en France après avoir travaillé pendant plus de 30 ans comme correspondant aux Etats Unis pour un grand média français. 

Mais quand il arrive à New York la première fois depuis Philadelphie,  Bruce Frankel n’est pas encore correspondant et il explore les possibilités que lui donne la photographie : il nous raconte sa rencontre avec les jumelles qui dominent alors la ville...

Les deux tours, les deux grandes boîtes, les deux grandes rectangles qui étaient complètement différents que tous les autres bâtiments à Manhattan.  C'était l'avenir

Et très vite, sans que ce soit par passion pour les tours jumelles, celles-ci apparaissent de plus en plus dans son travail comme un objet de curiosité esthétique et technique pour le jeune photographe . La hauteur, les volumes, les formes, les reflets de couleurs dans les baies vitrées, leur manière de surgir dans le brouillard depuis le New Jersey ou depuis une station de métro du Queens, en fait Bruce Frankel documente l’omniprésence des tours jumelles dans la ville de New York comme il documente la ville elle même , la 42e et ses cinémas, les rues grouillantes de la finance, ou le silence de l’aube photographié en infrarouge.  Et toujours, ou presque toujours, dans un coin du cadre, derrière un visage, sous forme d’ombres ou complètement écrasantes et verticales, les tours sont là. Jusqu’au fatidique 11 septembre 2001.

Queens, 1988
Queens, 1988 Crédits : Bruce Frankel, courtesy Ateliers Bergere 2021

Au moment de l'attaque, j'étais en train d'organiser mes archives et j'avais cette image, où on voit les deux tours au milieu du Queens, loin de Manhattan, et c'était évident pour moi. Je retournerai à New York pour faire les mêmes images, mais sans les deux tour

Bruce Frankel, 1989
Bruce Frankel, 1989 Crédits : Courtesy Ateliers Bergere, 2021
Bruce Frankel, 2002
Bruce Frankel, 2002 Crédits : Courtesy Ateliers Bergere 2021

Bruce Frankel décide, alors qu’il est envoyé de toute urgence à Manhattan pour suivre l’évènement en tant que journaliste, de retourner plus tard sur les lieux de prise de vue de trois décennies de photographie new yorkaise pour retrouver les mêmes cadres et prendre les mêmes photos à l’identique mais cette fois ci sans les deux tours jumelles. Et on découvre alors un immense horizon transformé, l’importance du vide laissée par le world trade center. Et c’est ce jeux des différence  qui compose les paires de photographies de New York qu’il propose dans son exposition aux Ateliers Bergere . Des clichés où l’on découvre ce qui se cachait derrière le double monolithe des tours dans la skyline de Manhattan et à travers lesquelles Bruce Frankel continue ses explorations de la couleur et du noir et blanc. Des photos qui nous place face à nos fantômes

C’était le tournant du siècle, Ateliers Bergère, du 9 septembre au 07 octobre.

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......