LE DIRECT
Alexander Van der Bellen après sa victoire, le 23 mai 2016

Autriche : un avertissement européen ? / Humanitaire : l’hypocrisie des Etats ?

14 min
À retrouver dans l'émission

A 7h40 : en Autriche le candidat écologiste Alexander Van der Bellen a finalement devancé de justesse le candidat de l'extrême droite Norbert Hofer. Quelles leçons pour l'Europe ? Et à 8h15, alors que s'ouvre le sommet humanitaire mondial d'Istanbul boycotté par MSF, que faut-il attendre des Etats?

Alexander Van der Bellen après sa victoire, le 23 mai 2016
Alexander Van der Bellen après sa victoire, le 23 mai 2016 Crédits : Leonhard Foeger - Reuters

En Autriche, ce sont finalement 31 000 voix seulement qui ont permis à l’écologiste Alexander Van der Bellen de vaincre le candidat de l’extrême droite Norbert Hofer au second tour de l’élection présidentielle. Mais si la perspective de voir une formation politique d’extrême droite aux commandes d’un pays de l’Union européenne s’éloigne, le paysage politique autrichien est bouleversé : le parti social démocrate et le parti conservateur, qui se partageaient le pouvoir depuis 1945, n’ont même pas accédé au second tour de l’élection. Comment comprendre cette montée du populisme en Autriche ? Et s’agit-il d’un scénario européen, quand des questions comme l’affaiblissement des frontières entre droite et gauche ou le report du vote ouvrier à l’extrême droite concernent de plus en plus de pays d’Europe ? Nous recevons en première partie d’émission Jacques Le Rider, historien spécialiste de l’Autriche, et Yves Michaud, qui dans son essai Contre la bienveillance paru chez Stock critique l’absence de réponse à la montée du populisme.

Dans cet essai, Yves Michaud dénonce aussi une vision morale du monde, une forme de compassion vaine. Alors que s’ouvre à Istanbul le tout premier sommet humanitaire mondial, parrainé par l’ONU, la deuxième partie de notre émission est consacrée à l’action humanitaire, dont plus de 125 millions de personnes ont aujourd’hui besoin. Nous recevons Mego Terzian, président de MSF France, qui a décidé de ne pas participer à ce sommet. La présidente de MSF Joanne Liu avait invoqué devant l’ONU pour justifier ce choix les manquements des Etats sur les questions humanitaires : « violence continue contre les patients et le personnel médical », « blocage des civils aux frontières », et « traitement inhumain des réfugiés et des migrants ». Y a-t-il une hypocrisie des Etats en matière humanitaire ? La compassion est-elle une posture, ou un point de départ indispensable ?

Une deuxième partie d'émission à écouter ici.

Chroniques

7H56
4 min

Les Idées claires

Le fossé entre la réalité et les discours lénifiants

Bibliographie

Intervenants
  • Historien spécialiste de l'Autriche, directeur d'étude à l'Ecole des Hautes Etudes, ancien directeur de l’institut français de Vienne
  • philosophe et critique d’art, auteur de Citoyenneté et loyauté (Kero, 2017) et de L'Art à l'état gazeux : essai sur le triomphe de l'esthétique, (Stock, 2003)
  • Président de MSF France
L'équipe
Production
Réalisation
À venir dans ... secondes ...par......