LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Vue de l'Assemblée nationale, septembre 2021.

De la science à la politique : quand le débat perd la raison. Avec Dan Sperber et Hugo Mercier

43 min
À retrouver dans l'émission

C'est le thème même de la rationalité qui s'invite dans le débat public. On trouve de nos jours des personnalités politiques pour se revendiquer du camp de la raison, comme des personnalités publiques qui assument s'en éloigner.

Vue de l'Assemblée nationale, septembre 2021.
Vue de l'Assemblée nationale, septembre 2021. Crédits : Christophe ARCHAMBAULT - AFP

Dans le double contexte sanitaire (celui de la crise du coronavirus) et politique (celui des futures élections présidentielles) qui est le nôtre, la raison est au centre des débats. Là où la majorité des candidats et des partis prétendent incarner le « camp de la raison »,  cette dernière subit pourtant de multiples formes de critiques, visant tantôt ses errements moraux, en particulier l’implacable froideur par laquelle elle contribue à l’exploitation de la nature, tantôt ses errements théoriques, comme sa capacité à s’aveugler et à valider ses déductions les plus biaisées, ce dont témoigne le scandale du Lancet sur l’hydroxychloroquine. 

Cette  actualité critique de la rationalité ne semble en fait que traduire une  ambivalence plus fondamentale : d’une part, les êtres humains voient dans la raison leur faculté la plus élevée, celle qui leur permet de se réaliser et de se distinguer du reste des êtres naturels ; d’autre part,  ils sont tous prêts à reconnaître sa capacité à s’illusionner, voire pire, à cautionner les pires méfaits. 

Comment  alors résoudre cette « énigme de la raison » ? Ses erreurs  doivent-elles nous conduire à minimiser son importance, ou sont-elles au contraire partie intégrante de sa force ? La raison est-elle toujours la faculté qui doit nous permettre de vivre ensemble, dans une société  fondée sur l’égale capacité à argumenter, ou bien a-t-elle fait son  temps ? 

Telles sont les questions que nous abordons avec Dan Sperber, chercheur en philosophie, sciences cognitives et sciences sociales à l’Institut Jean-Nicod (CNRS, ENS), et Hugo Mercier, chercheur en sciences cognitives à l’Institut Jean-Nicod (CNRS, ENS) à Paris. Ils publient  L’Enigme de la raison chez Odile Jacob, 2021

La raison, objet politique

Est-ce que cela vous étonne de voir que la raison est devenue un objet politique ?

C'est en partie étonnant, en partie pas. La politique, au départ, était formée sur des émotions étrangères à la raison, mais dès lors qu'elle se base sur le suffrage populaire, on invoque sa propre raison et même son expertise. La présence de la raison dans le débat politique est donc un fait moderne qui s'explique assez bien. Dan Sperber

Il y a en quelque sorte deux thèses qui s'expriment dans le débat public : tantôt, "il faut faire appel au bon sens des gens" ; tantôt, "quand la majorité pense une chose, il faut se méfier".

C'est un des points du livre : la raison, contrairement à ce que nous pouvons penser, n'entraîne pas une convergence de toutes les personnes qui en sont dotées. Au contraire, elle joue aussi un rôle dans les antagonismes. L'appel à la raison est toujours douteux au sens où je considère que ce sont les raisons de mon camp qui sont les bonnes alors que les vôtres sont de fausses raisons. La raison n'est donc pas en position d'arbitre. Dan Sperber

Est-ce qu'en tant que philosophe, vous trouvez que l'on instrumentalise ce mot en politique ?

Le mot est fait pour cela, car la raison est conçue pour débattre. Dan Sperber

Ce qu'est la raison

Si vous deviez définir ce terme, pouvez-vous dire ce qu'est la "raison" ?

Nous sommes des psychologues cognitifs, donc nous faisons des expériences pour comprendre l'esprit humain, notamment en le divisant en divers mécanismes plutôt que comme un tout insaisissable. La raison serait un mécanisme cognitif qui servirait, justement à produire des raisons, des arguments et des justifications. L'immense majorité de l'esprit humain ne ressortirait pas de la raison, et cette dernière n'interviendrait que pour expliciter nos intuitions. Hugo Mercier 

La raison n'est pas cette capacité qui domine dans l'esprit, l'arbitre ultime des bons choix, image classique qui remonte à l'Antiquité grecque et qui cognitivement, paraît erronée et paradoxale : cela ferait de la raison un superpouvoir, qui s'inscrit mal à l'intérieur des mécanismes ordinaires. Nous disons plutôt que c'est un mécanisme parmi d'autres, spécifique aux humains, mais pas une voie royale vers la bonne décision ou la vérité. Dan Sperber

Raison et interaction

Le cœur de votre livre, c'est que la raison est un objet social, alors que d'habitude, elle nous semble plutôt être une réalité intellectuelle.

La raison n'est pas l'arbitre du vrai ; c'est l'idée générale, à laquelle nous nous opposons. En revanche, elle joue un rôle fondamental dans nos interactions, quand on veut se convaincre les uns les autres, quand on veut se justifier. Dan Sperber

Quand les gens discutent dans de bonnes conditions, les personnes qui ont de meilleures raisons tendent à l'emporter. C'est ce qui a été observé dans de nombreuses expériences, avec des problèmes logiques et mathématiques à la fois simples et contre-intuitifs ; on y montre que l'esprit peut vite se tromper. La raison peut corriger ce genre d'erreurs, mais souvent, elle ne le fait pas. Hugo Mercier

Chroniques
8H00
15 min
Journal de 8 h
Comment faire face à l'augmentation des prix de l'énergie ?
8H15
3 min
Le Billet politique
Le billet politique du jeudi 30 septembre 2021
Intervenants
  • anthropologue et chercheur en sciences sociales et cognitives. Il est directeur de recherche émérite au CNRS, professeur au département de Philosophie de la Central European University à Budapest
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
Stagiaire
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......