LE DIRECT

Les choix Spectacles vivants de Bachar Mar-Khalifé

5 min
À retrouver dans l'émission

"Je vais rarement dans des concerts car j’éprouve un certain mal-être à me retrouver dans le public, j’ai du mal à lâcher prise et à simplement écouter la musique proposée."

Bachar Mar-Khalifé nous parle ce soir de Charif Ghattas, "un compagnon de route" qui proposera son dernier spectacle Les bêtes  à Avignon cet été, et de Tatiana Spivakova, qui a mis en scène les Justes au théâtre La Loge cet hiver.

Monter sur scène est une prise de risques :  parfois j’y vais à reculons, parfois au contraire j’ai du mal à attendre en loge, j’ai envie d’y aller, de crier… c’est très changeant, je n’ai pas envie d’apprivoiser cette sensation.

Installé en France depuis son plus jeune âge pour fuir la guerre dans son pays natal, Bachar Mar-Khalifé n’en oublie pas pour autant la terre et la culture de ses ancêtres : le Liban. Son album "Ya Balad" ("Ô pays"), raconte cette terre, ses racines, son héritage familial. Bachar Mar-Khalifé est pianiste et percussionniste de formation. Il a notamment joué dans l’Orchestre National de France et l’Ensemble Intercontemporain de Pierre Boulez. Composé seul, ce troisième album prolonge le travail entamé sur son prédécesseur "Who’s gonna get the ball from behind the wall of the garden today" et réconcilie ces différents parcours musicaux entre la percussion, le piano et maintenant le chant. Sa musique, souvent lancinante et hypnotique est un délicat équilibre entre poésie intime et rythmique organique, viscérale. Ses compositions sont aussi envoûtantes et chaleureuses que cérébrales. Bachar Mar-Khalifé est en permanence au carrefour de la musique classique, de l’électro et des musiques traditionnelles orientales. Il les mêle avec une étonnante liberté.

A travers son nouvel album « Ya Balad » (« Ô pays »), Bachar Mar-Khalifé raconte ses racines – le Liban – et l’oubli qui le pousse à la pérégrination. Le musicien y convoque aussi l’héritage familial, le désir de transmission, le plaisir de la chair et la fuite par l’ivresse. Composé seul, ce troisième album joue la réconciliation entre les différents parcours musicaux de Bachar Mar-Khalifé – entre la percussion et le piano – et consacre le chant en arabe comme instrument central de son expression.

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......