LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Les choix Cinéma d'Ariane Ascaride

6 min
À retrouver dans l'émission

"Petite, j’allais tous les mercredis soirs au cinéma de quartier avec ma famille : il y avait des familles en pyjama et dès la fin du film, elles remontaient se coucher…je trouve cela formidable, je rêve d’aller au cinéma en pyjama. C’était une pratique du cinéma très ancrée dans le quotidien."

Ariane Ascaride revient sur le film de Robert Guédiguian, Histoire de fou, qui sort le 5 avril en DVD.

Berlin 1921, Talaat Pacha, principal responsable du génocide Arménien est exécuté dans la rue par Soghomon Thelirian dont la famille a été entièrement exterminée. Lors de son procès, il témoigne du premier génocide du 20ème siècle tant et si bien que le jury populaire l’acquitte. Soixante ans plus tard, Aram, jeune marseillais d’origine arménienne, fait sauter à Paris la voiture de l’ambassadeur de Turquie. Un jeune cycliste qui passait là par hasard, Gilles Tessier, est gravement blessé. Aram, en fuite, rejoint l’armée de libération de l’Arménie à Beyrouth, foyer de la révolution internationale dans les années 80. Avec ses camarades, jeunes arméniens du monde entier, il pense qu’il faut recourir à la lutte armée pour que le génocide soit reconnu et que la terre de leurs grands-parents leur soit rendue. Gilles, qui a perdu l’usage de ses jambes dans l’attentat, voit sa vie brisée. Il ne savait même pas que l’Arménie existait lorsque Anouch, la mère d’Aram, fait irruption dans sa chambre d’hôpital : elle vient demander pardon au nom du peuple arménien et lui avoue que c’est son propre fils qui a posé la bombe. Pendant que Gilles cherche à comprendre à Paris, Anouch devient folle de douleur à Marseille et Aram entre en dissidence à Beyrouth… jusqu’au jour où il accepte de rencontrer sa victime pour en faire son porte parole.

Après avoir suivi les cours d’Antoine Vitez et de Marcel Bluwal au Conservatoire National supérieur d’Art Dramatique de Paris, Ariane Ascaride débute dans les pièces de son frère Pierre Ascaride et joue dans des petits rôles au cinéma. Son premier rôle lui est offert par René Féret dans La Communion solennelle (en compétition officielle au Festival de Cannes 1977).

Son époux Robert Guédiguian fait appel à elle dans tous ses films, et la consécration arrive avec son interprétation dans Marius et Jeannette qui lui vaut la reconnaissance du public et un César de la Meilleure actrice en 1998 ainsi que le San Jordi à Barcelone. On la voit ensuite dans les films de Dominique Cabrera Nadia et les hippopotames, Olivier Ducastel et Jacques Martineau Ma vraie vie à Rouen et Drôle de Félix, Eléonore Faucher dans Brodeuses, ou encore Emmanuel Mouret dans Changement d’adresse, L’Art d’aimer et Mona Achache dans L’élégance du hérisson . En 2000, elle obtient le Prix d’interprétation au Festival de Valladolid, pour son rôle dans La ville est tranquille de Robert Guédiguian. Elle est aussi nominée la même année aux Awards Européens. Elle sera enfin nominée trois fois aux Césars pour son interprétation dans Marie Jo et ses deux amours, Brodeuses et Les neiges du Kilimandjaro. En 2014, elle joue dans Au fil d'Ariane de Robert Guédiguian, Les Héritiers de Marie-Castille Mention-Schaar et L'amour ne pardonne pas (L'Amore non perdona) de Stefano Consiglio. Elle rejoint Robert Guédiguian pour Une histoire de fou en 2015.

Le théâtre jalonne également sa carrière avec bonheur, dans les pièces de Véronique Olmi ou de Serge Valletti. Ariane Ascaride a notamment triomphé dans La maman Bohême et Médée de Dario Fo mis en scène par Didier Bezace. En 2016, elle joue dans Le Dernier jour du jeûne, écrit et mis en scène par Simon Abkarian.

La télévision enfin accueille régulièrement Ariane Ascaride : George et Fanchette , réalisé par Jean-Daniel Verhaege ; Les Mauvais jours de Pascale Bailly ou encore Enfin seule d’Olivier Peray.

En 2010 Ariane Ascaride a signé sa première réalisation – elle s’en était déjà approchée en co-écrivant avec Robert Guédiguian le scénario de Le voyage en Arménie pour lequel elle a obtenu le Prix d’interprétation au Festival de Rome en 2007 - avec Ceux qui aiment la France, dans la collection Identités de France 2. Elle sera en préparation de trois films pour 2014.

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......