LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

La Bulle économique

Par Marie Viennot
la samedi de 12h41 à 12h45

Coup de projecteur sur une actualité économique de la semaine. Pour que tout s’éclaire… ou se complique !

La Commission européenne compte emprunter 100 à 150 milliards par an jusqu’en 2026. Faut-il s’en réjouir au moment où l’on s’inquiète aussi en parallèle du surendettement des États ?

15 juin 2021. C’est un jour historique pour l’Union européenne. La commission a officiellement rejoint cette semaine le club des institutions publiques parties pour s’endetter beaucoup et à long terme, et la Présidente de la Commission européenne s’en félicite avec ces mots. (Ici la conférence de presse en entier (et en anglais)).  * La commission vient juste d’emprunter 20 milliards d’euros, jamais un tel montant n’avait été emprunté par l’Europe. Ursula Von Der Leyen.  20 milliards cette semaine, 100 à 150 milliards par an jusqu’en 2026. Ainsi sera financé le plan de relance européen à 800 milliards : par la dette. Et tout le monde s’en félicite dans l’Union européenne. On ne condamne pas, au contraire, ce surcroît d’endettement public.  Au contraire, c’est perçu comme un saut qualitatif et institutionnel majeur.  Ce n’est pas la première fois que la Commission européenne émet de la dette sur les marchés financiers, elle a commencé dans les années 70, mais jusqu’à cette semaine elle le faisait à petite échelle, et la plupart du temps, quand elle empruntait, c’était pour prêter ensuite à des États qui devaient la rembourser. La commission n’était en quelque sorte qu’un intermédiaire.  L’emprunt de cette semaine est d’une nature radicalement différente. La grande nouveauté, c’est que ce n’est pas à due concurrence de ce qu’ils auront reçu, que les États rembourseront la commission. Certains paieront plus qu’ils ne reçoivent.  Cette dette est dite mutualisée, il est là le saut. Impensable avant la pandémie.  Et le remboursement ? A voir plus tard…  Pour la petite histoire, on retiendra que pour les 20 milliards qu’elle cherchait, la commission s’est vue proposer 140 milliards d’euros. Les émissions de dette sont comme des enchères, l’emprunteur choisit ensuite les investisseurs les plus offrants, c’est-à-dire ceux qui proposent le taux d’intérêt le plus faible, et pour cet emprunt sur 10 ans, il l’est : les intérêts sont inférieurs à 0,1%.
" La preuve que la commission est attractive " , s’est félicitée la présidente de la commission.  La petite histoire retiendra aussi que pour placer sa dette auprès des investisseurs, la commission européenne a exclu les banques qui ont été récemment prises la main dans le sac pour avoir truqué les marchés. Citigroup, JPMorgan Barclays, Deutsche Bank, Crédit Agricole et 5 autres banques n’ont pas été acceptées comme intermédiaires.  Ce qu'on dit moins, c'est qu’au moment où la commission européenne s'apprête à devenir l’un des emprunteurs majeurs en Europe, la façon dont elle va rembourser cette dette n’est pas encore définie. Comme les remboursements ne doivent pas commencer avant 2027, les chefs d’Etat et de gouvernement ont repoussé cette question essentielle à plus tard.
Faudra-t-il prévoir une ligne budgétaire : remboursement de la dette dans le prochain budget quinquennal, celui qui commencera après 2027, peut-on d’ici là octroyer à la commission européenne des ressources propres ? Il est notamment question d’une taxe carbone aux frontières, mais les discussions à ce sujet n’ont pas encore commencé.  Que cette incertitude n'ait pas effrayé les investisseurs montre qu’ils ne doutent pas que l'UE trouvera une solution le temps venu. Cette marque de confiance n’était pas forcément acquise.  Mais comment expliquer que cette nouvelle dette estampillée UE-Plan de relance ne soit pas vue comme une "preuve de mauvaise gestion", un "fardeau pour les générations futures" ?  Et bien parce que cette dette là, c’est de la bonne dette.  C'est quoi la bonne dette ?  Alors c’est quoi de la bonne dette, comparée à la mauvaise ?  Dans la théorie néoclassique, la bonne dette, c’est celle qui finance l’investissement, accroît le capital, et le potentiel de croissance de l’économie.  A ce titre, la dette de la commissi

TOUTES LES DIFFUSIONS

 Héritage, droits de succession : le débat aura-t-il lieu ?
3 min
Tout augmente... la faim dans le monde aussi
4 min
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......