LE DIRECT
25  millions 440 000 emplois en France, mais quels emplois ? Ici la répartition par secteur et statut mais pas par durée. Or un emploi, c'est 1 h de travail par semaine.

500 000 emplois créés, OK, mais quels emplois ?

4 min
À retrouver dans l'émission

Le gouvernement se félicite des bons chiffres de la création d’emploi depuis l’élection d’Emmanuel Macron, mais que dire de la nature des emplois qui sont créés ?

25  millions 440 000 emplois en France, mais quels emplois ? Ici la répartition par secteur et statut mais pas par durée. Or un emploi, c'est 1 h de travail par semaine.
25 millions 440 000 emplois en France, mais quels emplois ? Ici la répartition par secteur et statut mais pas par durée. Or un emploi, c'est 1 h de travail par semaine. Crédits : Marie Viennot

Ces deux dernières années on a créé un peu plus de 500 000 emplois à nouveau, surtout, depuis maintenant 8 mois, on recrée des emplois dans l'industrie. Emmanuel Macron, le 21 janvier à l'Elysée.

Emmanuel Macron s'adresse à 500 patrons et patronnes d'entreprises de taille intermédiaire reçu.es pour la première fois à l'Elysée au mois de janvier.     

500 000 emplois créés depuis qu'il est élu. Ce chiffre, on l'a sans doute déjà atteint, mais pour le moment, les derniers chiffres de l'Insee s'arrêtent au 3e trimestre 2019, et on est à 447 000 emplois créations nettes d'emplois depuis juillet 2017. Une estimation sur les chiffres du dernier trimestre a été publiée le 7 février, mais les définitifs seront connus le 20 mars prochain.    

Avant d'aller plus loin, quelques précisions.  Les créations d'emploi ne sont pas une exception. Il faut se sortir cette idée de la tête. 

Chaque année, l'économie française créée beaucoup plus d'emplois de salariés qu'elle n'en perd, excepté en 2009, et dans une moindre mesure 2013 et 2015.    

Ce graphique ne comprend pas l'emploi salarié dans le secteur non marchand (c'est à dire public et associatif)
Ce graphique ne comprend pas l'emploi salarié dans le secteur non marchand (c'est à dire public et associatif) Crédits : Insee

Ensuite, ces chiffres ne sont pas des estimations, ils viennent directement des déclarations que font les entreprises auprès des URSSAF, c’est à dire les organismes collecteurs des cotisations sociales. A cela s’ajoute les déclarations faites par les particuliers employeurs, les agriculteurs, et les fiches de paye de l’Etat. Ce sont des données administratives.  

Ce sont uniquement les postes salariés, pas les indépendants ou micro-entrepreneurs.  

Ils concernent le public et le privé, mais pas les emplois occupés par des travailleurs détachés, qui n'acquittant pas de cotisation sociale en France ne sont pas recensés par ces données administratives là.   

Comment se répartissent les 25 millions d'emploi en France
Comment se répartissent les 25 millions d'emploi en France Crédits : Marie Viennot

Un emploi = 1 h de travail par semaine

La part de l'intérim est en baisse, -6% en 2019, ça on le sait. En revanche, il est impossible de faire le tri entre les emplois à plein temps et les autres.   

Un emploi, dans la définition du Bureau International du Travail que reprend l'INSEE, c'est une heure de travail par semaine.   

Comment savoir si les emplois qui ont été créés dernièrement sont des emplois à 35 h ou 2 h par semaine ?   

Les données administratives ne permettent pas de le savoir, mais l'Insee s'appuie sur une enquête qualitative (l'enquête emploi menée sur 100 000 personnes), qui montre qu'en 2018, le taux partiel concerne 18% des salariés. SalariéES d'ailleurs, car dans 8 cas sur 10, le temps partiel est féminin. 

18% des emplois, c'est deux fois plus qu'il y a 40 ans, mais depuis 10 ans, ça stagne, et décline même légèrement dernièrement.    

Depuis un an, le sous emploi, c'est à dire la part de salariés qui déclarent vouloir travailler plus est aussi en baisse et s'établit à 5.3% de l'ensemble des salariés.   

Ce qui augmente en revanche, sur longue période, c'est la part des cadres, dans l'emploi total. Les emplois qui sont créés ces dernières années sont de plus en plus qualifiés, les postes d'ouvriers et d'employés en proportion déclinent.   

Crédits : Insee

C'est de ce côté là qu'il faut chercher sans doute pour comprendre les divergences d'appréciation entre un pouvoir qui se félicite, à raison du nombre d'emplois créés en France, et ceux et celles qui constatent qu'ils n'en profitent pas, faute de qualifications suffisantes.    

Le marché du travail français se polarise depuis plusieurs années

Une autre piste de divergence, se trouve dans la... mesure de la pluriactivité.   

Cumuler deux emplois ne doit compter que pour un seul

Dans la fiction radiophonique d'anticipation, Dream Station, produite par France Culture, le héros consulte chaque matin une application pour trouver du travail.   

Cette réalité, beaucoup de livreurs ou de taxis l'expérimentent déjà, mais pour l'heure, les non salariés pèsent 11% de l'emploi total... c'est moins qu'il y a 30 ans, mais depuis 2008, et la création du statut d'auto entrepreneur, le non salariat progresse de nouveau.   

Crédits : Marie Viennot

Aujourd'hui ce ne sont plus des petits commerçants ou des agriculteurs, mais une fois sur trois des micro-entrepreneurs. Et dans trois cas sur 10, des micro-entrepreneurs qui cumulent ce statut, et un emploi salarié.  C'est une tendance que l'Insee a détaillé dans une note publiée en décembre dernier.      

C'est ça la pluriactivité. Elle existe aussi chez les personnes salariés. Elle concernait 8% des personnes en emploi en 2016, soit deux millions 200 000 personnes... (voir la fiche pluriactivité en suivant ce lien).

Combien en 2019 ? On le saura dans deux trois ans, pas avant.    

Si le nombre de ces pluriactifs augmente, cela aura un impact sur les créations d'emplois de la deuxième moitié du quinquennat d'Emmanuel Macron, car l'Insee ajustera les chiffres de la création d'emploi salariés (ceux qui donnent le chiffre de 500 00 dont on parlait au début) en fonction de cette pluriactivité déclarée.   

Cela pour éviter que le héros de notre série, éboueur en début de journée, et livreur de repas à l’hôpital à la fin, ne compte pour deux emplois.... ce qui statistiquement paraîtrait positif, alors que la réalité ne l'est pas puisqu'il n'arrive pas à joindre les deux bouts avec un seul emploi.  

Cette correction est bien faite pour les chiffres de 2019, mais avec un décalage, car on applique à 2019, la correction "pluriactivité" telle qu'elle est mesurée pour 2016.  

Un professeur d’université rémunéré pour ses enseignements complémentaires par une fondation de droit privé (que les universités multiplient…) comptera pendant un temps deux fois, au titre de son emploi public et d’un emploi privé. Si de plus en plus de travailleurs deviennent autoentrepreneurs tout en conservant un emploi salarié, là aussi, les données administratives pourraient surestimer les créations d’emplois. Philippe Askenazy, chercheur au CNRS, dans une tribune dans le Monde.

Avec la polarisation du marché du travail vers les postes qualifiés, cette pluriactivité est aussi à surveiller.

Marie Viennot 

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......