LE DIRECT
Attention! les Gaz à effet de serre sont exprimés en millions (de tonnes d'équivalent Co2), et le PIB en milliards d'euros.

Climat : et si on parlait des GES autant que du PIB...

4 min
À retrouver dans l'émission

La croissance du PIB, le déficit de la France, sa dette... sont des chiffres qui reviennent souvent dans le débat public. Et les émissions de Gaz à Effet de Serre? Non. "Notre maison brûle... et on regarde ailleurs". Et si on braquait les projecteurs vers d'autres indicateurs ?

Attention! les Gaz à effet de serre sont exprimés en millions (de tonnes d'équivalent Co2), et le PIB en milliards d'euros.
Attention! les Gaz à effet de serre sont exprimés en millions (de tonnes d'équivalent Co2), et le PIB en milliards d'euros. Crédits : Marie Viennot

James Hansen, responsable des études spatiales à la NASA, est l'un des premiers à avoir évoqué le changement climatique dans une enceinte politique. 

Nous avons détecté un effet de serre qui change le climat, maintenant. James Hansen, 1988.

C'était devant le sénat américain qui l'auditionnait sur les records de température de l'année... 1988.  

Oui 1988. 4 ans plus tard, le sommet de la terre de Rio mettra à l'agenda de l'ONU la lutte contre le changement climatique, c'est le début officiel des COP. La 24ème va bientôt démarrer en Pologne.   

24 années donc que la communauté internationale s'intéresse au climat. Tic Tac Tic Tac, le temps presse. Et pendant que l'on discute, les émissions de CO2 qui produisent l'effet de serre sont passés de 23 milliards de tonnes à 41 milliards de tonnes. 80% d'augmentation.    

Evolution des émissions de Co2 participe aux émissions de Gaz à Effet de Serre.
Evolution des émissions de Co2 participe aux émissions de Gaz à Effet de Serre. Crédits : Institute for climate economics

Dire que rien n'a été fait en 30 ans serait faux... En France, les émissions de CO2 ont baissé depuis le sommet de la Terre de Rio.  De 562 millions de tonnes, on est passé à 466. Bel effort? Super! On continue comme ça...   

Désolée de vous décevoir, mais non, ça n'est pas si simple, car les émissions de gaz à effet de serre sont mondiales. Ce que nous ne produisons plus ici en France, nous le faisons produire par d'autres. 

Graphique qui illustre croissance des importations en provenance de la Chine, et la forte augmentation des émissions de Co2 chinoises.
Graphique qui illustre croissance des importations en provenance de la Chine, et la forte augmentation des émissions de Co2 chinoises. Crédits : Institute for Climate Economics

Mesurer cet impact n'est pas évident, mais le Réseau Action Climat a publié une étude à ce sujet en avril 2013

Aujourd'hui chaque français émet plus 12,1 tonnes d'équivalent CO2, au lieu de 11,6 il y a 30 ans. 

Différence entre l'empreinte carbone sur le territoire et l'empreinte carbone mondiale.
Différence entre l'empreinte carbone sur le territoire et l'empreinte carbone mondiale. Crédits : Réseau Action Climat

Plus récent et plus désolant encore. Depuis la COP 21, quelle ironie, les émissions françaises de Co2 sont reparties à la hausse.  La France ne respecte pas les objectifs qu'elle s'est engagée à suivre lors des accords de Paris. Vous le saviez?    

Au lieu des 440 millions fixées pour la période 2014-2018, les émissions de CO2 de la France pourraient atteindre 458 millions.   

Emissions de gaz à effet de serre en équivalent tonne Co2. En jaune, le réel, en vert, la trajectoire à suivre pour respecter l'accord de Paris
Emissions de gaz à effet de serre en équivalent tonne Co2. En jaune, le réel, en vert, la trajectoire à suivre pour respecter l'accord de Paris Crédits : Observatoire climat energie

A CONSULTER : L'observatoire Climat Energie tient les comptes de nos objectifs "climat"

Possible que cela vous ait échappé, le ministère de la transition écologique a publié les chiffres au mois de juillet, pendant les vacances. A la rentrée, vous n'aurez pas échappé en revanche aux prévisions de croissance pour l'an prochain, le chiffre du déficit, et de la dette.

La France ne respecte pas les accords de Paris, vous saviez ? 

Le déficit de la France sera-t-il en dessous des 3% exigés par la commission? Oui HOURRA. La France respecte-t-elle les engagements qu'elle a pris de moins émettre de Gaz à effet de serre? Non... et alors?   

Pourquoi des impératifs catégoriques pour l'économie, et pas pour l'écologie? Pourquoi nos responsables politiques nous parlent si bien de sauver la planète lors des sommets, exemple typique Jacques Chirac au sommet de la Terre en 2002 à Johannesburg....  

Notre maison brule, et nous regardons ailleurs.  Jacques Chirac, alors président, en 2002.

Et pourquoi une fois rentrés au pays, ils ne nous parlerons plus que d'objectif de croissance et de production ?   

A lire/ Ecouter: Cop 22 et budget carbone : l'austérité vite ! 

On connait le sort réservé au rapport du Club de Rome qui dès 1972 alertait sur l'incompatibilité de la croissance continue avec les ressources limitées de la planète. Un débat, puis le placard.   

50 années plus tard, le placard déborde d'études qui nous annoncent la même catastrophe écologique, économique et financière. GIEC, ONU, Conseil de la stabilité financière... et pourtant, les Gaz à Effet de Serre (GES) sont toujours autant ignorés.   

A quand un mégaphone pour les GES ? 

Si on mettait au centre du débat public, nos émissions de gaz à effet de serre, émissions importées comprises, on verrait très clairement que nos efforts sont ridicules comparés à ce qui est nécessaire pour limiter le réchauffement à 1 degré et demi, et même deux degrés.  

On ne s'extasierait pas devant le nouvel Airbus long courrier qui va consommer 4 fois plus de carburant.  

On verrait aussi que la trajectoire suivie, c'est plutôt 3 à 5 degrés de plus d'ici 2100.... et que comme le dit Christine Lagarde, la directrice du FMI, nous risquons tous d'être rôtis et grillés dans 50 ans.   

Si nous ne faisons rien contre le changement climatique, MAINTENANT, dans 50 ans nous serons tous rôtis et grillés. Christine Lagarde, lors d'une conférence à Ryad

L'an dernier, le FMI a consacré un chapitre entier de son rapport annuel aux conséquences macro-économiques du changement climatique. 

Le mot climat y apparaissait 233 fois. On y apprenait notamment que quand il fait chaud, on est moins productif: 2% de productivité en moins à chaque fois que l'on monte d'un degré la température. Moins de productivité, donc moins de croissance potentielle. Un climat plus chaud, c'est aussi une mortalité en hausse, et une main d’œuvre moins abondante, expliquait ce rapport, ce qui limite aussi la croissance. 

Le FMI a donc fait froidement tourner ses modèles, et partant d'une hypothèse d'un réchauffement de deux degrés à l'horizon 2100, il a calculé que pour les pays pauvres, la croissance serait inférieure de 9% en 2100 à ce qu'elle aurait été sans réchauffement climatique. Une évidence : les pays pauvres de la planète seront les plus impactés, alors qu'ils sont les moins responsables du réchauffement. Il y a là un problème d'équité, écrit le FMI qui appelle mainte fois tous les pays du monde à poursuivre les efforts engagés, et à aller plus loin, d'urgence.

Cette année pourtant, son rapport sur l'économie mondiale (publié au lendemain de celui du GIEC) s'inquiète des répercussions sur la croissances des tensions commerciales.... sans faire le lien entre croissance des échanges internationaux et des émissions de gaz à effet de serre.    

A lire/ A Ecouter : Pour une taxe universelle sur la mondialisation

Les Gaz à Effet de serre, les GES n'ont toujours pas trouvé leur mégaphone. 

Il y a bien une chanson, mais elle a un air de déjà entendu.   

Marie Viennot 

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......