LE DIRECT
De quoi est fait le prix du pétrole?

L'impossible contrôle des prix du pétrole

4 min
À retrouver dans l'émission

La manifestation des gilets jaunes est l’expression d'un ras le bol autour de la vie chère. C'est aussi l'occasion de se pencher sur la construction des prix du carburants, eux-mêmes étroitement liés aux prix pétrole. Dont les variations sont incontrôlables ou presque.

De quoi est fait le prix du pétrole?
De quoi est fait le prix du pétrole? Crédits : Leon Tanguy - Maxppp

De la petite colère de l'automobile Club en 1995, à la flambée européenne des prix et des taxes en 2000, en passant par la hausse du gazole de 20% en 2004 qui mit pêcheurs, agriculteurs et routiers sur les routes de France, le sujet du carburant est ultra sensible.

Presque aussi sensible que le pétrole lui même, une matière première stratégique dont les cours sont presque impossibles à maîtriser et pour cause : il existe au moins quatre catégories de facteurs qui expliquent leurs variations.

Pourquoi le prix du pétrole brut varie ?

D'abord il varie en fonction de l'état de la croissance mondiale et qui dit croissance dit consommation : la demande.

Ensuite le prix du pétrole brut est fonction des capacités de production de pétrole par les pays et les entreprises productrices : l'importance de leurs stocks, les conditions de production, la découverte ou l'épuisement des gisements par exemple. On parle ici en gros de l'état de l'offre.

La tendance à la hausse ou la baisse du dollar sur le marché des changes a aussi des conséquences sur le cours du brut. C'est dans la devise américaine en effet qu'est négocié le baril et la plupart du temps quand le dollar baisse, le prix du pétrole à tendance à augmenter.

La situation géopolitiques des pays producteurs de pétrole, a une influence considérable également : à chaque crise au Moyen-Orient, berceau pétrolifère, le risque de voir le prix du brut s'envoler augmente. Du fait notamment de prévision de difficultés d'approvisionnement.

Sans compter des facteurs parfois climatiques : une tempête dans le Golfe du Mexique qui pourrait perturber l'extraction, etc. 

La seule chose qu'on sait, selon le spécialiste de l’énergie Francis Perrin, c'est la tendance cyclique. Après une hausse des prix, survient toujours une baisse, l'inverse est aussi vrai.

Et le prix du carburant en France dans tout cela ?

Il varie évidement en fonction des variations du prix du pétrole brut. Mais cette variation ne constitue que 30% de son prix final, c'est à dire une fois raffiné. Le reste, c'est 10% de coût de raffinage, de transport et de marge des entreprises. Et 60% de taxes. 

La TVA, la TICPE, et la TVA sur la TICPE (oui, il y a un impôt sur l’impôt).

Cette TICPE est fixée pour un an dans le budget de l'Etat. Elle est un gros contributeur de ses recettes publiques, puisqu'elle se place après la TVA, la CSG, l’impôt sur le revenu, et l’impôt sur les sociétés. La TICPE abonde à la fois l'Etat, les régions et les départements. Elle signifie "Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Energétiques." C'est l'ancienne TIPP, mais avec une composante carbone qui vise explicitement à pénaliser la pollution induite par les carburants. Une taxe qui elle ne varie pas pendant un an, qui ne s'adapte pas don aux variations du cours du brut.

La politique de taxation du carburant est-elle efficace ? 

On peut imaginer qu'un produit de plus en plus cher deviendra un jour trop cher et que les consommateurs s'en détourneront. C'est "l'effet prix" qui marche par exemple sur le paquet de cigarettes. Reste que si  la France. peut, grâce à cette politique, maîtriser la consommation de carburants d'origine fossile (le faire baisser) à son niveau, elle n'est ni la plus grosse consommatrice de pétrole et encore moins la plus grosse productrice.

Le pays ne produit qu'un petit pour cent du pétrole qu'il consomme. Et si cette transition énergétique amorcée via les hausses de taxes peut éventuellement avoir valeur d'exemple au niveau international, l'effet réel de cette politique sur le climat  pourrait se comparer à une goutte d'eau dans l'océan. En effet ni les Etats-Unis, ni l'Arabie saoudite, ni l'Irak ni le Canada, ni la Russie, n'ont annoncé , comme la France l'a fait, qu'ils souhaitaient stopper leur production d’énergie fossile d'ici 2040. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Sur le même sujet

Les gilets jaunes: que change l'augmentation du prix de l'essence au quotidien des Français ?

Le prix du pétrole augmente : une bonne nouvelle ? 

Vers la fin du pétrole ?

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......