LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Warren Buffet (à gauche) et Bill Gates (à droite) sont les hommes les plus riches du monde (derrière Jeff Bezos, Amazon), et ils plaident depuis des années pour que les riches paient plus d'impots (sans réel succès)

USA : des milliardaires implorent "Taxez nous plus !"

3 min
À retrouver dans l'émission

Un an après la réforme fiscale de Donald Trump, 18 milliardaires américains publient une tribune intitulée : Il est temps de nous taxer davantage ! Ce qu'ils proposent : un impôt sur la fortune.

Warren Buffet (à gauche) et Bill Gates (à droite) sont les hommes les plus riches du monde (derrière Jeff Bezos, Amazon), et ils plaident depuis des années pour que les riches paient plus d'impots (sans réel succès)
Warren Buffet (à gauche) et Bill Gates (à droite) sont les hommes les plus riches du monde (derrière Jeff Bezos, Amazon), et ils plaident depuis des années pour que les riches paient plus d'impots (sans réel succès) Crédits : FREDERIC J. BROWN - AFP

Vous ne connaissez pas sa voix, ni son jeu de Ukulele, mais son nom : l'homme qui chante, "j'ai travaillé sur la ligne de train"....  est Warren Buffet.   

Dans le palmarès des hommes les plus riches du monde, Warren Buffet est troisième (juste devant le français Bernard Arnault). Ses avoirs s'élèvent à 82 milliards de dollars, et il pousse régulièrement la chansonnette.  Mais on le connait surtout, pour être le milliardaire qui dit régulièrement : Taxez moi plus ! 

Mais il n'est jamais écouté. La première fois qu'il l'a dit, c'était en 2007, à Georges Bush. Il s'indignait alors de payer 17% d’impôt sur ses revenus, alors que ses employés étaient en moyenne à 32%. A cette époque, la fortune de Warren Buffet s'élevait à 52 milliards de dollars.

En 2011, il publie une tribune intitulée "Arrêtez de choyer les riches". Nos dirigeants nous demandent des sacrifices partagés, écrit Warren Buffet mais il m'ont épargné ! Selon ses calculs, lui paye 17% de ses revenus en impôts, alors qu'en moyenne ses employés sont à 32%.        

Que la fiscalité américaine nourrisse les inégalités, Warren Buffet n'est pas le seul milliardaire à le dire. Bill Gates, numéro deux au palmarès des plus riches du monde, le dit aussi à quasi chacune de ses interviews.    

Le système fiscal pourrait prélever beaucoup plus sur les grandes fortunes,  explique le fondateur de Microsoft dans un show télévisé américain en février dernier.

Mais ni lui, ni Warren Buffet ne murmurent aux oreilles de Donald Trump qui depuis le début de son mandat a considérablement baissé les impôts de tous, et des plus riches plus que tout.  

Or en ce début d'été, alors que s'engage la bataille des primaires, 18 autres milliardaires viennent de publier une lettre ouverte à ceux et celles qui se lancent dans la course, titrée :  "Il est temps de nous taxer davantage".      

Parmi eux, on trouve Georges Soros, 178e au palmarès des plus riches du monde, et Hansjorg Wyss (290e), un entrepreneur d'origine Suisse qui a fait fortune dans l'équipement médical aux Etats Unis.  Les autres sont des personnalités connues pour leur engagement philanthropique. Il y a aussi une héritière Disney, l'un des co-fondateur de Facebook Chris Hugues, ou encore Justin Rosenstein, un ancien programmateur de Google et Facebook aujourd'hui connu pour ses positions anti-réseaux sociaux.  

En 9 ans, le nombre de milliardaire est passé de 404 à 607...
En 9 ans, le nombre de milliardaire est passé de 404 à 607... Crédits : Financial Times

18 milliardaires, sur les 607 qu'il y a aux Etats Unis, cela fait peu. 3% exactement, mais leur tribune a le mérite de proposer une solution concrète pour réduire les inégalités : la création d'un impôt sur la fortune.   

A partir de 50 millions de dollars de capital, ce serait 2%, et au dessus d'un milliard 3%. En 10 ans, cet impôt pourrait rapporter 3000 milliards de dollars écrivent les milliardaires, reprenant mots pour mots les analyses de deux économistes français qui enseignent aux Etats Unis, Emmanuel Saez et Gabriel Zucman.    

Cet impôt sur la fortune, on le trouve aussi dans le programme de l'une des candidates à l'investiture démocrate, Elizabeth Warren, mais les milliardaires se défendent de soutenir quiconque.   

Cet impôt pourrait financer la recherche pour résoudre la crise climatique, lit-on, l'allègement de la dette des étudiants, l'aide à l'enfance, des réductions d'impôts pour les plus pauvres.  La tribune des 18 milliardaires.

Un impôt sur la fortune est juste, patriotique, bon pour l'économie, bon pour la santé des américains, c'est un outil pour régler la crise climatique, lit-on encore, un impôt sur la fortune renforcera la liberté et la démocratie, lit-on, car les inégalités nourrissent le mécontentement, la défiance, et pire.   

de 10% des avoirs à 20% en 30 ans

Quand la chanson de Motorhead, MANGER LES RICHES est sortie, il y a 30 ans, les 1% d'Américains les plus fortunés possédaient environ 10% de la richesse du pays. Aujourd'hui 20%. Dans le même temps, selon une étude que vient de publier la réserve fédérale américaine (et citée par cet article du New York Times), ces 1% les plus riches ont vu leur fortune augmenter de 21 000 milliards de dollars, quand celles des 50% les plus pauvres a diminué de 900 milliards.     

21 000 d'un côté -900 de l'autre. Triste bilan de 40 ans de baisse d’impôt pour les plus riches initiée par Ronald Reagan. La croissance des inégalités est un phénomène mondial, mais les Américains font clairement la course en tête.    

Alors qu'en France, on vient de le supprimer au nom d'un ruissellement espéré, outre atlantique au contraire, l’impôt sur la fortune s'apprête à devenir l'un des thèmes de campagne de la présidentielle américaine, au nom d'un ruissellement qui n'a pas eu lieu. Ou pas dans le bon sens. Ah ces Américains, ils sont décidément toujours en avance sur nous...

Marie Viennot

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......