LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
La Tanger Free Zone existe depuis 1999, mais c'est avec la création du nouveau port de Tanger en 2007 qu'elle a pris son essor.

Zones franches : mode d'emplois

3 min
À retrouver dans l'émission

Pour créer des emplois, il est une recette qui ne se démode pas et continue de se répandre : la création de zones franches, ou Free Zone. Free de quoi ? Suivez moi dans la Tanger Free Zone pour le savoir…

La Tanger Free Zone existe depuis 1999, mais c'est avec la création du nouveau port de Tanger en 2007 qu'elle a pris son essor.
La Tanger Free Zone existe depuis 1999, mais c'est avec la création du nouveau port de Tanger en 2007 qu'elle a pris son essor. Crédits : Marie Viennot

Free Zone. En Français, on traduit par zone franche, mais en anglais FREE veut dire à la fois Libre et Gratuit.  Libre, l’entrée ne l’est pas dans une zone franche, il faut passer un contrôle. On est dans une zone d’exception, et d’exemption. Une zone franche, c'est une zone réservée aux entreprises qui souhaitent consacrer leur production à l'exportation.  

Entrée de la TFZ, la Tanger Free Zone, interdite à ceux qui n'y travaillent pas où n'y sont pas invités.
Entrée de la TFZ, la Tanger Free Zone, interdite à ceux qui n'y travaillent pas où n'y sont pas invités. Crédits : Marie Viennot

Elles bénéficient alors de conditions dérogatoires aux règles locales: 

  • pas de TVA. La production, destinée à l’export, n’y est pas soumise, pas plus que les matières premières (intrants) ou les produits finis,
  • production et intrants peuvent parfois rester libellés en devise étrangère, ce qui évite les risques de change
  • les impôts sont très réduits voire nuls
  • l'accès au foncier, à l'eau et l'énergie est garanti et peu cher

Ce sont des points communs, mais chaque zone franche a sa particularité.

La recette a plus de 2 000 ans, mais avec la mondialisation elle a fait florès dans les années 70. Aujourd’hui, on compte plus de 2 260 zones franches à travers le monde, selon François Bost qui travaille depuis 20 ans sur le sujet. En 2010, quand il a publié son Atlas des zones franches, il y en avait 1 735. Cela fait 75 zones franches de plus en moyenne chaque année, une tous les 5 jours. 

Le phénomène prend une ampleur toujours plus grande. La question, ce n’est pas de savoir où il y en a, mais plutôt où il n’y en a pas encore. François Bost, économiste géographe.

Dans l’Union Européenne, c’est mal vu et rare mais encore possible. François Bost décrit les zones franches comme : 

Des oasis où tout fonctionne bien dans un environnement où tout est compliqué.

C’est l’outil parfait pour développer l’économie des pays émergents, la Chine a les plus grandes. Les zones franches sont des zones d’exception, un peu comme les paradis fiscaux, mais à vocation industrielle essentiellement, même s'ils se développent aussi des zones franches tertiaire (centre d'appel notamment). La fiscalité n’est  d’ailleurs plus leur avantage principal, car les règles de l’OMC poussent pour que la fiscalité soit la même à l’extérieur et à l’intérieur de la zone. HSBC s’y intéresse aussi

Des oasis où tout est simple

Nous sommes à TFZ, la Tanger Free Zone, l’une des 6 zones franches créée autour du Port de Tanger, franc lui aussi. En 10 ans, 65 000 emplois ont été créés ici. Tanger est devenu le deuxième pole économique du Maroc. Il était 5e il y a 10 ans. Oui, une zone franche créé des emplois. 

Terrain destiné à une future entreprise textile. Actuellement les zones franches de Tanger Med s'étendent sur 1600 ha, l'objectif est d'atteindre 5000 ha
Terrain destiné à une future entreprise textile. Actuellement les zones franches de Tanger Med s'étendent sur 1600 ha, l'objectif est d'atteindre 5000 ha Crédits : Marie Viennot

Dans l’usine que j’ai pu visiter sur la zone franche de Tanger, les ouvriers et ouvrières sont payés 16 dirham de l’heure, un euro 40. 260 euros par mois environ. C’est le SMIC. Pour avoir plus, il faut dépasser ses objectifs de productivité, et de visu dans cette usine, cela ne chôme pas. Au Maroc, il n’y a pas dans les zones franches d’exemptions aux règles sociales en vigueur. Les syndicats ont droit de cité, il y a des représentants des salariés, élus, mais ces représentants ne sont pas syndiqués, et les syndicats du coup restent à la porte d’entrée. 

Le Maroc n’a pas ratifié la convention 87 de l’Organisation Internationale du Travail, celle qui garanti la liberté syndicale, mais la liberté d’association est inscrite dans sa constitution. Dans un rapport sur les droits des travailleurs dans les zones franches marocaines, l’OIT évoque un climat anti-syndical et des grèves nombreuses… Mais le rapport a 5 ans. 

Or la situation a évolué, assure un ancien responsable de la zone franche de Tanger. 

Par le passé, c’est vrai qu’il y a eu des grèves parce que des entreprises étrangères se sont crues un peu tout permis, mais c’est fini. Un ancien responsable de la TFZ. 

On affiche les jours perdus

Dans l’usine dont vous entendrez le son dans la version audio, le taux d’absentéisme, affiché à l’entrée est au plus bas. Un autre graphique détaille les journées perdues. Qu’est ce qu’une journée perdue ? Ce sont les jours de congés maladies explique la directrice du site qui emploie plus de 1000 personnes. 

Dans cette usine, on fabrique des pièces pour l’industrie automobile, et on les exporte principalement en Europe. Pourquoi s’être implanté ici ? La directrice répond : 

  • Devise stable
  • Pas d’impôt sur les bénéfices pendant 5 ans
  • 8,75%, les 20 années suivantes
  • une relation saine avec les autorités marocaines
  • la proximité avec l’Europe. 

Puis elle ajoute tout naturellement, 

Nous sommes heureux d’être au Maroc, car nous sommes sûrs que le Maroc ne fera jamais partie de l’Union européenne, et ne sera donc pas soumis à sa pression sur le social. 

Bienvenu dans une zone étatique libérée du risque de convergence sociale vers le haut. Choquant ? Question de point de vue. Pour cette entreprise nord américaine, c’est du pragmatisme. Chaque année, ses clients, équipementiers automobile européen pour la plupart, lui demandent, dit-elle, de baisser ses prix de 5%.  

Le nouveau port de Tanger est à 14 km de l'Europe. Le détroit de Gibraltar est le deuxième détroit le plus fréquenté par les navires de containers.
Le nouveau port de Tanger est à 14 km de l'Europe. Le détroit de Gibraltar est le deuxième détroit le plus fréquenté par les navires de containers. Crédits : Marie Viennot

L'une des zones franches autour de Tanger s'appelle Renault Tanger Med. Connecter les zones industrielles au port d'exportation, c'est le modèle économique de beaucoup de zones franches, et c'est aussi le cas ici à Tanger. TMSA, l'entité juridique de droit privé, mais à capitaux publics, qui gère  le nouveau port de Tanger (ici un reportage dans le journal de 18h du 16 novembre), gère aussi les zones franches autour. Elle cherche à créer un "hub logistique mondial", et des pôles d'excellence industriels autour de grands acteurs, notamment des secteurs automobiles et aéronautiques. 

Délocalisation ? Non ! Colocalisation

Renault produit 300 000 voitures par an dans son usine de Tanger. Délocalisation ? Non, répond Carlos Ghosn, le patron de Renault : colocalisation.  A l'inauguration en 2012, c'est Carlos Tavares, pas encore patron de PSA (qui lui aussi va s'installer au Maroc dans la zone franche de Kenitra), mais directeur général délégué de Renault qui avait alors expliqué. 

Chaque voiture produite au Maroc rapportera, 800 euros à la France : 400 euros de pièces livrées, et 400 d’ingénierie. Carlos Tavares, lors d'une audition au sénat.

Fouad Brini, le PDG de Tanger Med, reprend cet argument pour défendre l’idée d’un partenariat gagnant gagnant entre la France et le Maroc. 

Les voitures qui sont produites au Maroc sont des voitures low-cost, elles ne pourraient jamais être produites en France. Plus généralement, les entreprises qui viennent s'installer chez nous viennent chercher de la compétitivité, elles sont tout simplement pragmatiques dans leur décision.  Fouad Brini, PDG de Tanger Med. 

Pragmatique aussi, François Bost, le géographe, propose une autre terminologie pour désigner les pays dits autrefois industrialisés: des pays en voie de désindustrialisation, ou PVD. Un acronyme qui autrefois désignait les Pays en Voie de Développement. 

A la française…

En France aussi on a des zones franches. Une centaine. Elles ne sont pas liées à une activité exportatrice, mais à une grande pauvreté économique de la zone en question. On y est aussi exempté d’impôt pendant 5 ans. Dernièrement, le président de la République a relancé les emplois francs… Prochainement, pour chaque CDI créés, une entreprise pourra toucher 15 000 euros sur 3 ans. 

En France, on n’a de moins en moins d’usines, mais pour créer des emplois on sait donc donner directement de l’argent aux entreprises et alléger leur fardeau social... 

Même si la zone France n’est pas encore franche de syndicats et de manifestations. 

Marie Viennot

Ci-dessous la vidéo de la manifestation du 16 novembre d'où est issue la musique de fin de la bulle. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......