LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Un oiseau cherche de la nourriture sur les berges asséchées de l'étang des Landes alors que la Creuse connaît des conditions de sécheresse extrêmes et exceptionnelles le 20 juillet 2019, près de Lussat.

Alimentation et changements climatiques, s’adapter ou disparaître

3 min
À retrouver dans l'émission

Saurons-nous collectivement aller assez vite pour faire face aux migrations climatiques et nourrir la planète ?

Un oiseau cherche de la nourriture sur les berges asséchées de l'étang des Landes alors que la Creuse connaît des conditions de sécheresse extrêmes et exceptionnelles le 20 juillet 2019, près de Lussat.
Un oiseau cherche de la nourriture sur les berges asséchées de l'étang des Landes alors que la Creuse connaît des conditions de sécheresse extrêmes et exceptionnelles le 20 juillet 2019, près de Lussat. Crédits : GEORGES GOBET - AFP

Cette semaine nantaise a été fort riche, car non seulement on a pu voir cette passionnante exposition et faire quelques très bons repas chez les chefs nantais, mais on a aussi passé une journée entière avec les meilleurs spécialistes européens sur un sujet dont l’actualité est, si je puis me permettre, brûlante : Alimentation et changements climatiques. Le titre de cette journée de débats était d’ailleurs assorti de cette affirmation on ne peut plus claire : s’adapter ou disparaître.

D’abord quelques constats à la base de ces réflexions dont l’avantage est qu’ils ne sont guère niables par je ne sais quel climatosceptique. La France a connu un réchauffement supérieur à 1°C depuis 1900, chacun a pu constater les différents épisodes de canicule depuis celui de 2003 et 64 départements ont été placés en restriction d’eau cet été. Pour le vin, largement évoqué à Nantes avec une étude de l’Inra (l’Institut National de Recherche Agronomique) et la présence de Olivier Martin, vigneron du cru et élu de la Fédération des vins de Nantes, on sait que l’évolution climatique a des effets directs sur la qualité du vin, notamment en ce qui concerne sa teneur en sucre, et donc en alcool, et que les zones viticoles sont amenées à se déplacer. 

Bref, sur le constat et sur l’accélération du processus, peu d’espoir de retour en arrière et à partir de là deux attitudes sont possibles : laisser tomber l’affaire en mode collapsologie, ou trouver les méthodes d’adaptation à court, moyen et long terme.

À Nantes jeudi, les acteurs les plus importants parmi ceux qui pensent et agissent pour cette adaptation étaient là et notamment l’Inra et l’Ademe (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie) qui ont dévoilé des études en cours, à partir de données recueillies sur le terrain et qui vont notamment donner lieu à la rédaction d’un guide intitulé « Comment développer sa stratégie d’adaptation au changement climatique à l’échelle d’une filière agroalimentaire ? »

En terme de méthode, j’ai beaucoup apprécié celle appliquée pour l’étude intitulée life Agriadapt où l’on élabore des outils pour évaluer la vulnérabilité des exploitations agricoles au changement climatique et leur expérimentation en cours dans 130 fermes de quatre pays européens : la France, l’Espagne, l’Allemagne et l’Estonie. La méthode est redoutable d’efficacité puisqu’il s’agit au fond d’expliquer à un fermier du sud de la France que les conditions d’exploitation futures de sa ferme ne sont pas inconnues puisque ce sont celles qui font aujourd’hui le quotidien de son confrère du sud de l’Espagne. Mais était également présente à Nantes Marianne Landzettel, l’auteure allemande du livre sorti l’hiver dernier "La fin de l’alimentation ou comment le changement climatique va bouleverser ce que nous mangeons" qui nous a fait sérieusement se demander s’il n’était pas déjà trop tard. 

Alors, je sens que vous allez me demander ce que j’ai conclu de tous ces débats… et bien pour être franc, j’avoue que je n’en suis pas sorti très rassuré. Les acteurs sont là, les méthodes sont pertinentes, mais saurons-nous collectivement aller assez vite pour faire face aux migrations climatiques et nourrir la planète ? Personne ne semble aujourd’hui détenir toutes les clefs et les pouvoirs nécessaires pour coordonner une action nécessairement mondiale.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......