LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Entre viande et végétal, les frontières se brouillent.

La "viande végétale", vraiment ?

3 min
À retrouver dans l'émission

Des steaks végétariens ? Pourquoi pas, mais veillons à bien nommer les choses.

Entre viande et végétal, les frontières se brouillent.
Entre viande et végétal, les frontières se brouillent. Crédits : Westend61 - Getty

Aujourd’hui, je dois avouer que face à l’annonce, la semaine dernière, d’une entreprise qui s’appelle « Les nouveaux fermiers », de l’ouverture de leur usine de production de « viande végétale », il m’a fallu tout simplement reprendre un dictionnaire pour y chercher les mot « viande » et « fermier » afin de vérifier que je n’avais pas raté une séance de l’Académie française qui nous en aurait subrepticement modifié le sens, sous couvert de modernisation de la langue française. Alors, je vous rassure tout de suite chers auditeurs et aussi amis charcutiers, le Larousse précise toujours que la viande est bien un aliment tiré des muscles des animaux, principalement des mammifères et des oiseaux et un fermier est encore, jusqu’à nouvel ordre, celui qui dirige une exploitation agricole. Enfin non, parce que là, en l’occurrence, ceux-là, il va falloir désormais les appeler les « anciens fermiers ». Entendez par là ces gars qui se pourrissent la vie à longueur d’année pour nous nourrir en gagnant un demi SMIC. 

Voyez, ces ringards de bouseux dont la première start-up s’est installée au néolithique et qui ne connaissent même pas le mot disruption. Non, « Nouveaux fermiers » c’est autre chose. C’est moderne, c’est une usine qui pue pas, qui pollue pas, qui n’a pas d’animaux, pas de champs ni de près et donc pas de pesticides, qui n’exploite que des machines et qui fabrique 100% français, bref, qui coche toutes les cases pour être éligible aux financement de Xavier Niel, notre pape du numérique, désormais devenu fermier digital. Le même Xavier Niel qui, tiens, comme c’est étrange, a initié en juillet dernier un projet de référendum d’initiative partagée qui permettra, je cite : « d’améliorer le sort d’1 milliard d’animaux chaque année en France. » et qui, au passage, a permis à la Fondation Brigitte Bardot de revenir sur le devant de la scène. Et donc le même, qui fait dans l’oxymore pour le plaisir de la provoc et pour les besoins de marketing de la « viande végétale ». 

Alors, entendons-nous bien, loin de moi l’idée de critiquer la qualité gustative des steaks, nuggets et autres aiguillettes des Nouveaux fermiers, je ne les ai pas goûtés. Mais depuis Lacan, on sait que le langage ne peut se résumer à une simple astuce d’ajustement dans un business plan. Il induit des valeurs et des comportements, il éduque et forme les esprits de toute une société. Certes, s’il n’est pas contestable que l’élevage ultra intensif a détruit une confiance dans certains éleveurs peu regardants sur la qualité et les conditions de production de la viande, mais est-ce une raison nécessaire et suffisante pour installer une telle querelle entre les anciens et les modernes, les premiers étant condamnés à mourir le plus vite possible sur le champ d’honneur de la préservation de la planète ? Comme si les choses pouvaient être aussi manichéennes, comme si l’économique et le social et la cohésion d’une nation ne pouvaient se traiter qu’en ostracisant.

Alors amis « Nouveaux fermiers » qui n’êtes jamais qu’une branche comme une autre de l’industrie agroalimentaire relookée à la mode start-up, changez de nom, par simple respect pour la noble profession de fermier dont les habits sont trop grands pour vous. Et puis, si en plus vous pouvez arrêter de nous parler de « viande végétale », ça évitera de semer la confusion linguistique au cours préparatoire et à la cantine. Merci d’avance.

L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......