LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Qu’est-ce que c’est, le populisme ?

Qu’est-ce que c’est, le populisme ?

4 min

Incontestablement, le populisme fascine les intellectuels : il serait comme l’envers de leur monde, le lieu des explications rapides, des simplifications outrancières, mais qui jouerait un rôle essentiel dans la constitution de notre monde. Le populisme, en fait, serait-il le nom d'un paradoxe ?

Qu’est-ce que c’est, le populisme ?
Qu’est-ce que c’est, le populisme ? Crédits : Malte Mueller - Getty

D’un côté, il y aurait ceux qui savent, ou qui tentent de savoir, et qu’on n’écoute jamais, ou pas assez, et qui finissent, malgré toute leur finesse, par être privé de toute action sur le monde.
De l’autre, ceux dont les outils sont grossiers et les méthodes approximatives, les populistes, seraient dotés de toutes sortes de facultés, presque magiques, à faire et défaire l’opinion, à peser sur les décisions du prince, à imposer leurs agendas dans les médias.

Le populisme, une passion intellectuelle

Les intellectuels en sont en fait réduits, face au populisme, au paradoxe suivant : ceux qui expliquent le monde le plus mal seraient ceux qui expliquent le mieux pourquoi il va aussi mal.
Les intellectuels auraient ainsi besoin des populistes, comme clé de voûte de leur explication du monde.
Ce qui n’est au fond pas si inconfortable : que le monde soit compliqué ou qu’il aille mal, ce n’est plus le problème le plus immédiat, pour les intellectuels. Leur problème immédiat, c’est la programmation de Cnews.
Mais peut-on parler vraiment de populisme, quand le public visé, incontestablement, ce n’est pas le peuple, mais les intellectuels.
Cnews c’est avant tout la chaîne que les intellectuels vont détester regarder. Vont regarder pour prendre des notes et pour écrire des tweets rageurs. 

Bien sûr, tous les gens qui regardent Cnews ne sont pas des intellectuels, mais ils savent qu’ils ne sont pas le public cible. La preuve, je ne crois pas qu’ils soient jamais irrités. Mais ils savent que d’autres, plus sensibles aux idées débattues, sont irrités par elles. Cette sensibilité aux idée, c’est quelque chose qu’on prête aux intellectuels. 

De la raclette et de Zemmour

J’ai fait un test. Mes enfants n’étaient pas là et je me suis accordé une soirée entière devant Cnews.
Mon frigo était vide, à l’exception d’un assortiment prédécoupé de fromage à raclette périmé. Tout n’était pas moisi, j’ai pu en sauver la moitié, en me disant qu’en mettant tout ça au four, sur des tartines, je ne risquais pas grand chose.
Et c’est ainsi que j’ai commencé ma soirée populiste en attaquant directement par le plat de résistance, par le fondant Eric Zemmour. 

Elle n’est pas nulle, cette émission, Face à l’info. En tout cas je me suis dit que j’aurais adoré avoir Christine Kelly comme mère. Une mère qui passait tout à son sale garnement. Un garnement aux arguments souvent aussi moisis que mon fromage, mais pas sans génie.
Qui a dit, d’ailleurs, qu’on n’avait pas le temps de parler à la télévision ? Zemmour parle par séquences de presque dix minutes, entrecoupées de plans de coupe sur Christine Kelly, qui lui dit de continuer, et sur les autres invités, qui sont au mieux d’accord, au pire d’accord pour lui laisser encore un peu la parole. 

J’étais ainsi tombé sur une sorte d’énorme raclette intellectuelle dont Eric Zemmour aurait été le roboratif fromage. C’était écoeurant et délicieux à la fois. Une sorte d’encyclopédie parlante, cet Eric Zemmour. Presque l’âme de la droite à lui tout seul. Avec un avis étayé sur tout, et le front en sueur d’un athlète de la pensée.

Clairement, le populisme, d’un point de vue technique, n’est pas chez Eric Zemmour, qui fournit, qu’on soit d’accord ou non avec lui, quelque chose de l’ordre de la performance intellectuelle pure. 

Alors, où est le populisme ? Le populisme, hélas, il était chez moi : dans ma position passive de téléspectateur prêt à reprendre indifféremment de la raclette ou du Zemmour. 

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......