LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Un été avec Homer (Simpson)

Un été avec Homer (Simpson)

3 min

Ecran ou pas écran dans l'éducation des enfants ? Tentative de réponse à cette très vieille question... Pour Aurélien Bellanger, on ne peut pas aller contre la culture de son temps : alors Homer Simpson plutôt que Mozart comme modèle pour grandir ?

Un été avec Homer (Simpson)
Un été avec Homer (Simpson) Crédits : Copyright Fox

Pas d’écran en semaine, pas de télé dans le salon, pas d’Iphone avant le lycée. De la ciguë pour les youtubeurs, le bannissement de Tiktok, le remplacement de Fortnite et d’Animal Crossing par des séjours prolongés à la médiathèque : un paradis éducatif.
J’ai eu récemment cette discussion avec un ami de Lacédémone ou du Marais, quand par provocation je lui ai demandé si c’était bien nécessaire qu’il mette ses enfants au piano : après tout, on dispose aujourd’hui de moyens plus modernes que le travail des enfants pour écouter de la musique.
Je lui ai conseillé, un peu par provocation, l’achat d’une Nintendo Switch et d’un abonnement Disney . On ne peut pas aller contre la culture de son temps. J’ai un ami normalien, qui, après une enfance et une adolescence passées entre les murs blancs d’appartement sans télé, est resté enfermé pendant ses trois ans d’école devant sa première télé.

Homer Simpson plutôt que Mozart comme modèle pour grandir ?

Cela nous confronte à une question intéressante. Peut-il exister un Mozart de la pop-culture ? Quelqu’un qui, comme Mozart, serait comme la récapitulation géniale de toute la musique qui l’a précédé. Car si génial, si solitaire que soit Mozart, Mozart ne peut exister que comme phénomène culturel. Et le monde auquel font face les enfants d’aujourd’hui me semble assez bien représenté par les Simpsons — en tout cas beaucoup plus que par une concerto de Mozart. Il y a plus de notes qui fonctionnent dans un épisode de Simpsons. La gamme est plus complète.
Un grand sérieux, un grand sérieux presque spartiate : c’est pourtant ce dont témoignent mes enfants devant les Simpsons.
La quantité de références culturelles qu’ils acquièrent ici est quasi inégalable : j’ai réussi à les rendre captif de la lecture d’une encyclopédie.

Que peut-on lire, d’ailleurs, après les Simpsons ?
Thomas Pynchon, probablement, le génie invisible du roman post-moderne — du roman envisagé, à la manière des Simpsons, comme récapitulation culturelle terminale.
Pynchon, dont on n’a pas vu le visage depuis plus d’un demi siècle, qui ne donne aucune interview, mais qui apparaît justement dans un épisode des Simpsons.
Témoignage de respect quasi unique, voire transmission de témoin.
Aux barbares anti-écran de Spartes il est bon, parfois, d’opposer les splendeurs libérales d’un atticisme bien compris.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......