LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Lumière!

Les professeurs de philosophie et l'intensité du silence des élèves

4 min
À retrouver dans l'émission

Comme d'autres professeurs de philosophie capables de révéler aux élèves la souveraine pensée qui est en eux, le philosophe Jacques Darriulat rappelle que la vraie révolte exige le respect des textes et le souci de la transmission.

Lumière!
Lumière! Crédits : Tetra Images - Getty

Je reviens du Forum Philo Le Monde Le Mans, que j’ai la joie d’animer chaque année, et cette fois encore, il y a avait des centaines de lycéennes et lycéens, de la région mais aussi d’ailleurs, par exemple des élèves du lycée autogéré de Paris, dont il faut saluer l’enthousiasme et la fidélité. 

Cette année nous fêtions la 30è édition du Forum Philo et ce fut notamment l’occasion de donner la parole à quelques professeurs de philosophie pour qu’ils et elles témoignent de leur expérience, il y a eu alors des moments bouleversants, notamment lorsque Jacques Darriulat a pris la parole. 

De l'intensité du silence

Jacques Darriulat est un philosophe de l’art qui a beaucoup réfléchi sur la question du regard, il a enseigné pendant près de quarante ans, en lycée d’abord, à la Sorbonne ensuite. 

Or, à la fin de son exposé, Darriulat a eu soudain la gorge toute serrée, et les 900 personnes qui étaient dans la salle l’ont soutenu, porté, en l’enveloppant dans un silence fraternel, et ce au moment même où Darriulat évoquait le silence éclairant de ses élèves. Je suis venu ce matin pour citer à ce micro les derniers mots de son intervention, ceux qu’il a prononcés à basse voix, les larmes aux yeux : « Il arrive, disait Bachelard, qu’on rate un cours comme il arrive qu’on rate un feu, le bois brésille et grésille un moment dans la cheminée, charbonne puis s’éteint. Mais il arrive aussi, quelquefois, que l’enseignement soit effectif et que le feu prenne. A quel signe reconnaît-on cette flambée ? A l’activité muette et absorbée qui suit le fil de l’argumentation, et qui continue en silence son travail secret bien après que le cours soit terminé, engendrant une foule de nouvelles pensées et révélant, à celui qui entend la rumeur de la ruche intérieure, la souveraine puissance de penser qui est en lui. C’est ainsi qu’il m’est arrivé de mesurer la profondeur du dialogue avec mes étudiants à l’intensité de leur silence. Chaque fois que nous avons la bonne fortune de provoquer ce trouble fécond, nous pouvons dire que nous n’avons pas perdu notre temps ».

La vraie révolte exige le souci de la transmission

Voilà, chaque année, quand je vais dans les lycées du Mans, à Montesquieu, au lycée agricole, ou au lycée André Malraux d’Allonnes, pour préparer ce Forum, je dis toujours aux élèves combien l’année de philo peut leur ouvrir mille chemins, à quel point elle constitue, quoi qu’on veuille faire plus tard, un inestimable coup d’envoi. Mais c’était la première fois que je pouvais leur présenter en chair et en os le professeur dont l’ironie m’a ouvert les yeux et l’existence. A l’époque, j’étais de ces lycéens qui se sentent révoltés par le monde tel qu’il est, et Darriulat m’a appris que la vraie révolte exige le respect des textes et le souci de la transmission. Il avait déjà le regard narquois qui le rend toujours aussi captivant aujourd’hui, et je me souviens qu’en marge d’une dissertation où je citais Karl Marx pour débiter des banalités juvéniles sur les lendemains qui chantent, il avait écrit au crayon de papier : « Dieu vous entende ».

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......