LE DIRECT

Dernières nouvelles de la planète

2 min

Le tigre, espèce menacée.
Le tigre, espèce menacée. Crédits : Vladimir Konstantinov - Reuters

Dans la revue Science publiée ce jeudi, des chercheurs reviennent sur la notion de limites acceptables pour la planète et démontrent que plusieurs seuils ont été franchis. L'humanité bascule dans l'ère de l'anthropocène.
C'est en 2009 qu'une équipe de chercheurs internationaux proposent dans un article publié par Nature la notion de limite planétaire: en fait, une série de seuils à ne pas franchir sous peine de voir le système Terre basculer dans un autre mode de fonctionnement, inconnu, et probablement dangereux pour la survie de l'homme. Jeudi dans Science, ces mêmes chercheurs annoncent que plusieurs de ces seuils, 4, pour être précise ont été franchis. Premier seuil franchi dans la production d'oxyde de carbone. La concentration ne doit pas excéder 350 millions par partie. En dessous de cette limite, l'impact sur le système Terre est négligeable. Or la concentration est actuellement de 400 millions par partie. Pour ces chercheurs, au-delà de 450 millions par partie, le dérèglement climatique concernera toute la planète. Et on y va tout droit. A noter que vendredi deux des trois grands laboratoires mondiaux chargés de mesurer la température ont publié leurs résultats: 2014 a été l'année la plus chaude depuis 1880.Deuxième seuil franchi dans la destruction de la biodiversité. Sur un million d'espèces, 10 peuvent disparaître chaque année sans que cela ne crée un déséquilibre majeur. A l'heure actuelle, ce n'est pas 10 mais 100 espèces qui disparaissent. Selon un décompte fait par le WWF, fin 2014, plus de la moitié des animaux sauvages ont disparu ces 40 dernières années. Et quels sont les deux autres seuils? Ils sont moins connus mais tout aussi importants. Il y a d'abord le couvert forestier. Les chercheurs estiment qu'il faudrait maintenir au moins 75% de la surface des forêts déjà existantes. Or la déforestation, en particulier en Afrique, est brutale et massive. Dernier seuil franchi, moins connu: celui des flux d'azote et de phosphore. Les concentrations d'azote et d'engrais phosphatés dans les milieux aquatiques explosent. S'ajoute à tout cela une grave incertitude: ces chercheurs avouent qu'ils sont incapables d'évaluer la quantité de nouvelles molécules, vous savez ces nanoparticules ou autres molécules de synthèse que la Terre est capable d'absorber sans dommage. Autrement dit nous sommes sortis de l'ère post-glaciaire commencée il y a 10 000 ans avant Jésus-Christ caractérisée par une relative stabilité du climat. Ce qui a permis le développement des sociétés humaine. Nous sautons maintenant dans une ère inconnue, l'anthropocène: nous avons pris les commandes du système Terre, mais nous ne savons pas comment le piloter.

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......