LE DIRECT

L'homme de Kostenki : le métissage entre l'homme de Néandertal et l'homo sapiens

3 min

Il faut dire que l'image de l'homme de néandertal n'était jusuqu'à présent guère flatteuse: plus proche du singe que de l'homme moderne, avec ses grosses arcades sourcilières, son front bas, ses bras interminables, sa posture debout, certes, mais à demi fléchie. Représentation fausse: l'homme de Néandertal était très robuste, bien plus que l'homo sapiens, son crâne était plus volumineux. Il a bâti une civilisation brillante, fondée sur la chasse dont les premières traces certaines remontent à 250 000 ans avant notre ère. Il disparaît 28 000 avant Jésus-Christ. Disparition dont les causes sont sans doute multiples. Parmi celles-ci la concurrence de l'homo sapiens. Ce dernier est né, tout comme l'homme de Néandertal, en Afrique. Il s'échappe de son berceau pour courir le monde. Et il arrive en Europe 40 000 ans avant Jésus-Christ. En Europe où il rencontre des populations néandertaliennes solidement et anciennement installées. Jusqu'à présent, les paléontologues pensaient que c'était à leur arrivée en Europe en 40 000 avant Jésus-Christ donc qu'hommes de Néandertal et Homo sapiens avaient tissé des liens, parfois intimes, si on en juge les études d'ADN effectuées sur certains squelettes retrouvés. Puisqu'on retrouve des gènes néandertaliens dans l'ADN d'homo sapiens. Cela veut dire hybridation. Or le séquençage du génome de l'homme de Kostenki raconte une histoire plus compliquée. C'est-à-dire ? L'homme de Kostenki est un homo sapiens pur jus. il est vieux de 36 000 ans et dans on ADN apparaissent des gènes de néandertal. Mais par suite de calculs complexes, dont je vous épargne le détail, les chercheurs ont prouvé que l'hybridation dont il est l'héritier s'est produite 54 000 ans avant notre ère, donc bien avant que ses ancêtres n'arrivent en Europe. Première conclusion: pendant qu'homo sapiens sortait d'Afrique et se rendait en Europe, probablement en passant par le Proche-orient, les Néandertaliens eux, après avoir colonisé l'Europe, tournaient leurs regards avers le Proche-orient et l'Asie. Tous ces mouvements de population se faisaient en vagues successives, en suivant les animaux chassés qui eux suivaient la végétation laquelle changeait en fonction du climat. Bref depuis la préhistoire, les humains ont la bougeotte et l'immigration est une vieille histoire.Deuxième conclusion: si l'homme de Néandertal et l'homo sapiens ont pu s'hybrider, ils étaient bien tous les deux de la même espèce, de l'espèce humaine. Mieux, si on compare les patrimoines génétiques l'homo sapiens de Kostenki, vieux de 36 000 ans, est bien plus proche de ses frères néadertaliens que des homos sapiens qui apparaissent au Proche-orient entre 10 000 et 8 000 avant Jésus-Christ. Eux, ils sont porteurs d'une double mutation génétique et culturelle: ils ont la peau claire et sont des cultivateurs. Ce sont les hommes modernes.

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......