LE DIRECT

Microbes et réchauffement climatique

3 min

Quand on évoque le réchauffement climatique, c'est toujours pour déplorer la perte de la biodiversité, ou une météo de plus en plus déréglée, ou la fonte de la banquise et la montée du niveau des mers qui menacent certaines îles. Or, on l'oublie: mais les parasites, et les microbes sont eux aussi concernés. La barrière du froid est un frein puissant à leur développement dans le cercle polaire. Mais un ou deux degrés de réchauffement, et cette barrière est franchie par ces parasites. Les organismes qu'ils infectent sont vulnérables car ils n'ont développé aucune résistance. Les changements climatiques entraînent donc des modifications dans la répartition des microbes sur la surface du globe. Déjà le moustique, vecteur du chikingunya, remontant du sud est arrivé en Camargue. De son côté le Sarcocystis pinnipedi séquestré dans les glaces arctiques a franchi la banquise. Il descend vers le sud et se retropuve dans l'estomac des baleines. Dans un ouvrage paru en 2010, intitulé Ecologie de la santé et biodiversité deux chercheurs du CNRS Michel Gauthier et Frédéric Thomas démontrent que les changements dans les modes de vie et de production de l'homme ont des conséquences sur les agents pathogènes.La rapidité des transports, donc la propagation rapide des infections a été mainte fois remarquée. Mais il y a plus inquiétant. Pour se nourrir, les hommes regroupent un grand nombre d'animaux qu'ils élèvent en batterie. Du coup parasites et microbes se concentrent et redoublent de virulence. En outre, sous la pression des humains, nature et bêtes sauvages voient leur espace vital de plus en plus restreint. Cette pression s'exerce aussi sur les agents pathogènes qui, pour survivre, sont incités à passer des animaux à l'homme. Ces dernières années les zoonoses dont la plus connue est la grippe aviaire se sont multipliées.Les organismes qui vieillissent s'affaiblissent, la médecine vient à leur secours mais les agents pathogènes finissent par développer des résistances aux médicaments. Un cercle vicieux bien connu de tous les médecins. Auquel il faut ajouter de nouvelles pratiques sociales: les vieux sont eux aussi regroupés dans des maisons de retraites, foyers possibles d'épidémies. Le réchauffement climatique va peser sur toute notre vie quotidienne, notre santé, notre alimentation, nos déplacements. Et nous n'en avons pas toujours conscience.

L'équipe
À venir dans ... secondes ...par......