LE DIRECT
Le Baiser
Épisode 3 :

Le Roman [Camus]

58 min
À retrouver dans l'émission

Toute la semaine, La Cie se prépare aux épreuves du bac de français. En présence d’élèves, de leur professeur et de spécialistes, nous tentons de répondre aux questions des élèves et de leur donner les derniers conseils pour réussir leur examen. Troisième jour : Roman, Camus et écriture d’invention.

Le Baiser
Le Baiser Crédits : Henri de TOULOUSE-LAUTREC (source : Web Gallery of Art)

En compagnie d’Aurélia Tamburini et de ses élèves du lycée Voillaume (Aulnay-sous-bois) nous nous plongeons aujourd’hui dans le roman. En prenant pour appui un sujet de type bac nous réfléchirons à la place et au rôle des personnages de roman, ainsi qu'à la manière qu’ont les écrivains de les rendre vivants.

Pierre-Louis Rey, professeur de littérature française à l’université Paris III-La Sorbonne nouvelle, spécialiste de l’œuvre de Camus, nous aide à saisir les spécificités de L’Etranger et de ses personnages.

Objet d'étude : Le personnage de roman, du XVllème siècle à nos jours.

Texte A : Madame de La FAYETTE, La Princesse de Clèves, 1678.

Texte B : Guy de MAUPASSANT, Pierre et Jean, 1888

Texte C : Albert CAMUS, L'Étranger, 1942.

Retrouvez les textes et sujet complets ICI.

Extrait de L'Etranger d'Albert Camus

Le soir, Marie est venue me chercher et m'a demandé si je voulais me marier (5) avec elle. J'ai dit que cela m'était égal et que nous pourrions le faire si elle le voulait. Elle a voulu savoir alors si je l'aimais. J'ai répondu comme je l'avais déjà fait une fois (6), que cela ne signifiait rien mais que sans doute je ne l'aimais pas. « Pourquoi m'épouser alors ? » a-t-elle dit. Je lui ai expliqué que cela n'avait aucune importance et que si elle le désirait, nous pouvions nous marier. D'ailleurs c'était elle qui le demandait et moi je me contentais de dire oui. Elle a observé alors que le mariage était une chose grave. J'ai répondu : « Non. » Elle s'est tue un moment et elle m'a regardé en silence. Puis elle a parlé. Elle voulait simplement savoir si j'aurais accepté la même proposition venant d'une autre femme, à qui je serais attaché de la même façon. J'ai dit : « Naturellement. » Elle s'est demandé alors si elle m'aimait et moi, je ne pouvais rien savoir sur ce point. Après un autre moment de silence, elle a murmuré que j'étais bizarre, qu'elle m'aimait sans doute à cause de cela mais que peut-être un jour je la dégoûterais pour les mêmes raisons. Comme je me taisais, n'ayant rien à ajouter, elle m'a pris le bras en souriant et elle a déclaré qu'elle voulait se marier avec moi.

J'ai répondu que nous le ferions dès qu'elle le voudrait. Je lui ai parlé alors de la proposition du patron et Marie m'a dit qu'elle aimerait connaître Paris. Je lui ai appris que j'y avais (7) vécu dans un temps et elle m'a demandé comment c'était. Je lui ai dit : « C'est sale. Il y a des pigeons et des cours noires. Les gens ont la peau blanche. »

Puis nous avons marché et traversé la ville par ses grandes rues. Les femmes étaient belles et j'ai demandé à Marie si elle le remarquait. Elle m'a dit que oui et qu'elle me comprenait. Pendant un moment, nous n'avons plus parlé. Je voulais cependant qu'elle reste avec moi et je lui ai dit que nous pouvions dîner ensemble chez Céleste (8). Elle en avait bien envie, mais elle avait à faire. Nous étions près de chez moi et je lui ai dit au revoir. Elle m'a regardé : « Tu ne veux pas savoir ce que j'ai à faire ? » Je voulais bien le savoir, mais je n'y avais pas pensé et c'est ce qu'elle avait l'air de me reprocher. Alors, devant mon air empêtré, elle a encore ri et elle a eu vers moi un mouvement de tout le corps pour me tendre sa bouche.

5 Marie est venue chercher Meursault sur son lieu de travail.

6 Elle lui a posé la même question le samedi précédent, après une journée à la plage.

7 Son patron lui a proposé le matin même un poste à Paris.

8 Il s'agit d'un restaurant où se rend souvent Meursault.

MUSIQUE GÉNÉRIQUE:
Ouverture : Panama de The Avener (Capitol)
Fin : Dwaal de Holy Stays (Something in Construction).

MUSIQUE CHRONIQUE: Self portrait de Chilly Gonzales (Gentle threat).

Chroniques

15H54
3 min

Jacques Bonnaffé lit la poésie

L’Atelier des Poètes Arabes (3/4) : Poètes en temps de détresse?

Bibliographie

couverture de L'étranger - Albert Camus - éditions Gallimard

L'étrangerAlbert CamusGallimard, 1972

Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......