LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Boris Vian
Épisode 4 :

La métaphore du nénuphar

59 min
À retrouver dans l'émission

Peut-être faut-il passer par ses œuvres pour comprendre le mieux Boris Vian, personnage aux multiples facettes ? Chloé Delaume, lectrice assidue et intime ; et Thieri Foulc, pataphysicien éminent, nous parlent de l'homme et de l’œuvre, avec lesquels ils se sentent liés chacun à leur manière.

Chloé, dans L'Ecume des jours, de Charles Belmont (1968)
Chloé, dans L'Ecume des jours, de Charles Belmont (1968) Crédits : Collection Christophel © Chaumiane / S E P I C Chaumiane / S E P I C - AFP

Chloé Delaume est écrivaine et éditrice. Elle est l'auteure de nombreux romans, dont Les Juins ont tous la même peau. Rapport sur Boris Vian (La Chasse au Snark, 2005) et plus récemment Les Sorcières de la République (Seuil, 2016). En première partie de l'émission, elle nous parle de son rapport intime et complexe à l’œuvre de Vian.

Vian, c'est une sorte de quintessence poétique [qui] passe exclusivement par le langage. On est au-delà de la narration, dans la littérature.

Vian ne se prend jamais au sérieux, et se moque des écrivains qui se prennent au sérieux. (Chloé Delaume)

Thieri Foulc est artiste, écrivain, éditeur, et cofondateur de l'OuPeinPo - le pendant pictural de l'OuLiPo. Il est un membre éminent du Collège de 'Pataphysique, dont Boris Vian faisait lui-aussi partie. Il est l'auteur avec Paul Gayot de Vian et la 'pataphysique (Le Livre de Poche, à paraître). Dans la seconde partie de l'émission, il nous donne une brève leçon de 'pataphysique et évoque le rapport de Vian à celle-ci.

L'invention permanente était la clef de son caractère. Pour lui, penser, c'était ne pas penser comme les autres. (Thieri Foulc)

A 15h30, Stéphanie Genand, maître de conférence à l'université de Rouen interprète la métaphore fameuse du nénuphar, et nous parle du dernier roman de Fred Vargas, Quand sort la recluse.

[L’œuvre de Vian, à l'image du nénuphar, est] une œuvre bipolaire, séduisante et chatoyante quand on la regarde en surface, et plus sombre quand on tombe dans les profondeurs. (Stéphanie Genand)

A 15h55, il s'agit des lectures poétiques de Jacques Bonnaffé. Il lit un poème d'André Velter, intitulé "Morceaux choisis".

MUSIQUE GÉNÉRIQUE: Ouverture : Panama de The Avener (Capitol) Fin : Dwaal, de Holy Stays (Something in Construction)

MUSIQUE CHRONIQUE: Self portrait de Chilly Gonzales (Gentle threat).

Rediffusion de l'émission du 31/08/2017

Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......